ALGÉRIE
06/01/2017 09h:57 CET | Actualisé 08/01/2017 11h:30 CET

"Hawajiss": Le succès d'un clip saoudien qui soutient le combat des femmes

Majed Alesa

"Que les hommes disparaissent, ils nous causent des troubles psychiatriques!". Des femmes saoudiennes font du skateboard, chantent et dansent avec des tenues colorées dépassant sous leurs "abayas". De quoi secouer les stéréotypes... si c'était la réalité.

Ce n'est pas encore le cas, mais le nouveau clip "féministe" de l'artiste saoudien Majed Alesa donne de la voix au combat des femmes saoudiennes dans le royaume ultra-conservateur. Intitulé "Hawagiss", (Obsessions) et publié le 23 décembre, le clip comptabilise plus de 3 millions de vues (au moment de la rédaction de ces lignes) et a suscité (comme on pouvait s'y attendre) une polémique.


La vidéo commence en montrant trois femmes vêtues de "abaya" qui montent dans une voiture "conduite" par un enfant, une référence claire à l'interdiction de conduire aux femmes dans le royaume et à la "wilaya" (tutelle) masculine subie par ses dernières.

On voit ensuite ces dames faire du skateboard et de la trottinette (des moyens de transport permis), jouer au basket, danser et s'amuser dans un parc d'attraction, le tout sous le regard menaçant des hommes.

Contrastant avec l'air "festif" de la chanson et son rythme dansant , les paroles sont on ne peut plus explicites. "Que les hommes disparaissent à jamais, ils nous causent des troubles psychiatriques", ou encore "ils sont tous possédés par une démone", entonnent les jeunes filles. Subversif est un euphémisme.

Majed Alesa n'en est pas à son premier succès. Son tube "Barbs", sorti début 2016, comptabilise actuellement plus de 36 millions vues sur YouTube. La chanson est devenue un phénomène dans les pays du Golfe où les internautes publiaient leur propre version de la danse du clip.

Sa nouvelle chanson "Hawajiss" intervient au moment où les appels en faveur des libertés des femmes dans le royaume s’intensifient. Un homme saoudien a été condamné à un an de prison fin décembre pour avoir appelé à mettre fin à la tutelle masculine.

Le prince Walid Bin Talal a quant à lui demandé début décembre de permettre aux femmes saoudiennes de conduire, affirmant que l'interdiction nuit à l'économie du royaume.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.