MAROC
05/01/2017 09h:13 CET | Actualisé 05/01/2017 09h:13 CET

Gouvernance: qui sont les candidats à la présidence de Tizi?

Gouvernance: qui sont les candidats à la présidence de Tizi?
Facebook
Gouvernance: qui sont les candidats à la présidence de Tizi?

VIE ASSOCIATIVE - C’est ce samedi 7 janvier que sera élu le futur président du réseau associatif Tariq Ibnou Ziad Initiative (TIZI) , suite à la fin du mandat de Zakaria Garti.

Deux candidats, Ghassane Benchekroun et Salahedinne Nabirha, ont officiellement présenté leur candidature et briguent la tête de cette association très influente qui se consacre à promouvoir la culture du leadership au Maroc et à simplifier la compréhension de la politique par le citoyen à travers plusieurs initiatives.

Bien qu’étant tous deux dans la même tranche d’âge (respectivement 37 et 40 ans), tous deux lauréats de l’ISCAE, et pères de trois enfants, les similitudes s’arrêtent là, Benchekroun et Nabirha ayant des profils très différents. D’un côté, l’on trouve donc un profil très "corporate" en la personne de Ghassane Benchekroun, directeur financier du pôle Gaz au sein du groupe AKWA, propriété du milliardaire originaire du Souss et patron du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Aziz Akhannouch.

Selon la description de sa candidature publiée par Tizi, ce lauréat de l’ISCAE aurait rejoint le réseau en 2014 et aurait notamment "piloté le projet de livre blanc sorti par l’association en septembre 2016, à la veille des élections législatives". Benchekroun a fait l’essentiel de sa carrière au sein d’AKWA, après un bref passage par Attijari Intermédiation en 2003.

Salaheddine Nabirha, quant à lui, est directeur pédagogique de l’Ecole Supérieure Internationale de Gestion (ESIG), créée en 1985 par Azzeddine Bennani, mais est surtout connu pour être l’un des chroniqueurs phares de la chaîne sportive Radiomars.

Le candidat a d’ailleurs mis en avant sa qualité de chroniqueur à travers sa déclaration de candidature relayée par la page Facebook de Tizi, affirmant être "l’une des rares voix libres du paysage audiovisuel marocain". Nabirha a rejoint l’association en 2013 et occupe actuellement le fauteuil de vice-président en son sein.

Les différences importantes entre les candidats augurent d’une forte polarisation des débats au sein de l’institution associative qui compte près de 1000 membres et qui s’est notamment illustrée ces dernières années par les travaux de son observatoire politique.

Né dans le sillage des printemps arabes de 2011, le réseau Tizi a été créé suite à la publication du manifeste de la jeunesse marocaine signé par 67 fondateurs le 20 août 2011, jour de la fête de la révolution du roi et du peuple. L’association affirme "œuvrer à fédérer les énergies du Maroc et d'ailleurs, à susciter des vocations, de leader, entre autres, pour réinvestir le politique et contribuer à l'élaboration d'une meilleure gouvernance au Maroc" et revendique près de 1000 membres.

Tizi, qui compte près de 80.000 abonnés sur sa page Facebook, publie un baromètre politique, ainsi qu’un indice de participation politique des jeunes, outil précieux pour mesurer le pouls de cette population qui se désintéresse fortement de la vie politique de la nation.

LIRE AUSSI: Les ministres marocains les plus connus selon le baromètre Tizi/Averty