TUNISIE
02/01/2017 07h:03 CET | Actualisé 02/01/2017 07h:05 CET

Un Tunisien mis en examen pour avoir tué un client d'un bar en Pologne

A police detain a woman during protest in Warsaw on December 17, 2016. 
  Protest organized by KOD (Committee for the Defence of Democracy) against the government's plan to restrict the work of journalists in the country's parliament building from January 1, 2017. Participants blocked a road to the Sejm (the lower chamber of the Polish parliament). (Photo by Maciej Luczniewski/NurPhoto via Getty Images)
NurPhoto via Getty Images
A police detain a woman during protest in Warsaw on December 17, 2016. Protest organized by KOD (Committee for the Defence of Democracy) against the government's plan to restrict the work of journalists in the country's parliament building from January 1, 2017. Participants blocked a road to the Sejm (the lower chamber of the Polish parliament). (Photo by Maciej Luczniewski/NurPhoto via Getty Images)

Un Tunisien de 26 ans a été mis en examen pour avoir tué un client lors d'une querelle dans un bar dans le nord-est de la Pologne, meurtre qui a entraîné dimanche soir des tensions raciales autour de l'établissement.

Le Tunisien dont l'identité n'a pas été révélée, cuisinier d'un bar kebab à Elk, est soupçonné d'avoir tué à coups de couteau un client de 21 ans lors d'une querelle, a déclaré à la presse Wojciech Piktel, procureur à Elk.

Trois autres personnes, dont un Algérien et un Marocain, ont également été interpellées.

"Après un incident peu clair à l'intérieur du bar et qui a tout déclenché, un homme est sorti en emportant deux bouteilles sans les payer. Le propriétaire du bar et son cuisinier l'ont poursuivi et tenté de les lui arracher. C'est alors que le drame est survenu", a indiqué M. Piktel.

Dimanche dans la soirée, quelques centaines de personnes, dont certaines armées de pavés et de pétards, ont jeté des projectiles contre l'établissement, cassé des vitres tout proférant des propos racistes. Elles ont ensuite agressé les policiers dépêchés sur place blessant deux fonctionnaires.

Au total, 28 personnes ont été interpellées pour violence et vandalisme, a annoncé la police de cette ville.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.