MAROC
12/12/2016 07h:44 CET | Actualisé 12/12/2016 07h:46 CET

Ouverture du procès de Christine Lagarde poursuivie pour "négligence" dans l'affaire Tapie

International Monetary Fund (IMF) Managing Director Christine Lagarde participates in the One-to-One event featuring Michael Lewis during the last day of the IMF/World Bank annual meetings in Washington, U.S., October 9, 2016. REUTERS/Yuri Gripas
Yuri Gripas / Reuters
International Monetary Fund (IMF) Managing Director Christine Lagarde participates in the One-to-One event featuring Michael Lewis during the last day of the IMF/World Bank annual meetings in Washington, U.S., October 9, 2016. REUTERS/Yuri Gripas

PROCÈS - La directrice générale du FMI et ancienne ministre française de l'économie et des finances Christine Lagarde comparait à partir de ce lundi 12 décembre et jusqu'au 20 décembre devant la Cour de justice de la République en France dans le cadre de l’affaire Tapie.

Cette dernière est poursuivie pour "négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ayant mené au détournement par un tiers de fonds publics". Elle risque jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.

"La négligence est un délit non intentionnel. Je pense qu'on est tous un peu négligents quelque part dans sa vie", a-t-elle déclaré dans un entretien diffusé dimanche soir sur la chaîne France 2.

"J'ai essayé de faire tout mon travail, le mieux possible dans la limite de tout ce que je savais", a ajouté la directrice générale du FMI, en se disant "confiante et déterminée".

Pour sa part, Bernard Tapie a contesté l'annulation de l'arbitrage, affirmant que Christine Lagarde ne lui avait jamais "fait de cadeau".

"En tant que ministre, elle a fait ce qu'elle avait à faire. Ni plus, ni moins", a-t-il indiqué au Journal du Dimanche.

Cet arbitrage est intervenu en 2007 dans le conflit entre l’homme d’affaires et ancien ministre Bernard Tapie et l'ancienne banque publique Crédit Lyonnais sur la revente en 1994 de l'équipementier sportif Adidas. Le tribunal d'arbitrage avait alors versé presque 405 millions d'euros à l'homme d'affaire. Une somme que Bernard Tapis doit désormais rembourser dans sa totalité, suite à l'annulation par la justice française de cet arbitrage en 2015.

LIRE AUSSI: