TUNISIE
07/12/2016 05h:08 CET | Actualisé 07/12/2016 05h:36 CET

Contrebande: Les distributeurs de carburants et les propriétaires de Stations-service tirent la sonnette d'alarme

A man fills containers with gasoline at the southern Libya-Tunisia border crossing in Dehiba, April 17, 2012. In the absence of proper border controls after uprisings which ousted autocratic leaders in both Tunisia and Libya, smugglers plying unmarked desert routes on the Tunisian-Libyan border are becoming ever bolder, and disputes over smuggling routes are becoming ever more violent. Picture taken April 17, 2012. To match Feature TUNISIA-SMUGGLING/   REUTERS/Zoubeir Souissi   (TUNISIA - Tags: CRIME LAW SOCIETY)
Zoubeir Souissi / Reuters
A man fills containers with gasoline at the southern Libya-Tunisia border crossing in Dehiba, April 17, 2012. In the absence of proper border controls after uprisings which ousted autocratic leaders in both Tunisia and Libya, smugglers plying unmarked desert routes on the Tunisian-Libyan border are becoming ever bolder, and disputes over smuggling routes are becoming ever more violent. Picture taken April 17, 2012. To match Feature TUNISIA-SMUGGLING/ REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: CRIME LAW SOCIETY)

La Chambre Syndicale des Sociétés de Distribution de Carburants relevant de l'UTICA et la Chambre Syndicale Nationale des Gérants et des Propriétaires des Stations-service ont organisé le 5 décembre une conférence ayant pour thème le commerce parallèle du carburant et son impact sur l’économie réelle.

SIGMA Conseil a présenté à l’occasion les résultats d’une étude quantitative et qualitative sur le marché parallèle du carburant, ce fléau ravageur qui gangrène l’économie nationale.

L’étude cible les acheteurs réguliers et les acheteurs occasionnels du carburant du marché parallèle ainsi que les petits commerciaux de carburant de la contrebande et couvre 14 régions du pays.

Selon l’échantillon représentatif retenu dans l’enquête (1000 personnes interviewées), trois principales raisons expliquent l’explosion du commerce parallèle post-Révolution. Il s’agit principalement de l’instabilité politique et la succession des gouvernements, la banalisation de la corruption et la banalisation des risques liés à la contrebande. "La contrebande est ancrée dans les habitudes des régions du centre et des régions frontalières et est perçue comme une activité naturelle", a conclu l’étude.

Tunisie- La contrebande de carburant en chiffres:

  • 30% du total du marché
  • 400 millions de dinars par an de manque à gagner pour l'Etat en termes d'entrées fiscales et sociales
  • Mobilisation de 20 000 personnes
  • Entre 100 et 150 barons de contrebande de carburants

Le rapport qualité/prix est considéré par les clients comme le principal avantage du marché parallèle. Les acheteurs sont toutefois conscients des risques inhérents à l’achat du carburant chez les contrebandiers et énumèrent cinq principaux risques: les risques quant à la qualité du carburant, les risques d’endommager le véhicule, les risques liés au développement du terrorisme, les risques de braquages pendant le ravitaillement et les risques d’incendies et d’accidents.

Toujours selon les résultats de l’enquête, les contrebandiers reconnaissent à leur tour quatre principaux risques à savoir les risques sur le capital, les risques de rentrer en prison, les risques d’humiliation par la douane et les risques de mortalité.

Utilisateurs comme contrebandiers sont conscients de ces risques mais les acceptent:"Les régions concernées sont conscientes des risques et ont mis en place les mesures nécessaires pour les gérer ou les accepter", note le rapport.

L’étude en question a mis l’accent sur la complexité du marché parallèle. Un marché à plusieurs intervenants et un mécanisme bien organisé. Un vrai labyrinthe mettant à rude épreuve les autorités compétentes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.