TUNISIE
04/11/2016 07h:56 CET | Actualisé 04/11/2016 09h:36 CET

Tunisie: Le chef du gouvernement démet le ministre des Affaires religieuses après ses déclarations sur l'Arabie Saoudite

FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Tunisia's premier-designate Youssef Chahed speaks during a press conference to present his proposed new unity government list after he submitted it to the president on August 20, 2016 in Carthage, near the capital Tunis. Chahed, a 40-year-old former local affairs minister and member of the Nidaa Tounes party, had been given 30 days to form a cabinet. If his cabinet wins the backing of parliament, Chahed will become the North African country's youngest premier since independence from France in 1956. / AFP / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a décidé de limoger le ministre des Affaires religieuses Abdejlil Ben Salem indique un communiqué publié par la présidence du gouvernement.

Selon celui-ci, la raison du limogeage est "l'irrespect des normes du travail gouvernemental et ses déclarations qui ont touché les principes et les bases de la diplomatie tunisienne".

Le chef du gouvernement a nommé Ghazi Jeribi, ministre de la Justice en remplacement de Abdejlil Ben Salem de façon intérimaire.

Lors d'une séance d'audition du ministre des Affaires religieuses à la commission des finances, de la planification et du développement, Abdejlil Ben Salem avait déclaré avoir été le seul à avoir eu assez de courage pour demander à l’ambassadeur de l’Arabie Saoudite et au secrétaire-général des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur arabes, qui est saoudien, de "réformer les écoles de leur pays puisque le terrorisme provient, historiquement, de ces lieux".

Il a en outre expliqué que le phénomène du "takfir" – le fait de qualifier les autres de mécréants – provient uniquement de l’école Wahhabite, indiquant qu'indépendamment de la bonne ou de la mauvaise foi, le terrorisme et l’extrémisme qui sont aujourd’hui propagés un peu partout dans le monde ne proviennent que de cette école dont l’origine est l’Arabie Saoudite.

Pour démettre Abdejlil Ben Salem de ses fonctions, Youssef Chahed s'est appuyé sur l'article 92 de la Constitution, qui affirme que le chef du gouvernement est compétent pour "révocation et réception de démission d'un ou plusieurs membres du gouvernement".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.