MAROC
12/10/2016 08h:52 CET | Actualisé 12/10/2016 14h:35 CET

Les internautes étrangers réagissent à l'élection d'un parti "islamiste" au Maroc

Abdelilah Benkirane, secretary-general of Morocco's Islamist Justice and Development Party (PJD) speaks during a new conference at the party's headquarters in Rabat, Morocco early October 8, 2016. REUTERS/Youssef Boudlal     TPX IMAGES OF THE DAY
Youssef Boudlal / Reuters
Abdelilah Benkirane, secretary-general of Morocco's Islamist Justice and Development Party (PJD) speaks during a new conference at the party's headquarters in Rabat, Morocco early October 8, 2016. REUTERS/Youssef Boudlal TPX IMAGES OF THE DAY

INTERNET - Au lendemain des élections législatives du 7 octobre, beaucoup de médias étrangers se sont fait l'écho de la victoire du PJD d'Abdelilah Benkirane. Qu'ils soient francophones, anglophones ou encore hispanophones, des journaux et des télévisions ont abordé le sujet auprès de leur audience.

Et presque toute la presse était unanime sur une idée: celle que les Marocains avaient élu un parti "islamiste" face à des formations politiques plus progressistes. Une nomenclature qui peut s'avérer lourde de sens pour les lecteurs occidentaux dans une période tendue à cause de la menace terroriste et qui risque par conséquent de prêter à des amalgames. Beaucoup de médias semblent méconnaître le système politique marocain. Le PJD n'est pas un parti "islamiste", la loi marocaine interdisant les partis politiques fondés sur une base religieuse, mais un parti à référentiel islamique.

Si certains internautes ont reproché aux médias d'utiliser ce terme qui peut induire en erreur leur lectorat, d'autres ont en revanche tenu des propos anxiogènes à l'égard du royaume, appelant même au boycott du Maroc:

Quand certains internautes étrangers appellent au "boycott" du Maroc après les élections

LIRE AUSSI: