MAROC
26/09/2016 11h:36 CET | Actualisé 26/09/2016 11h:41 CET

Baccalauréat au Maroc: La loi anti-triche effective cette année

DR

ÉDUCATION - Près de trois mois après son adoption par la Chambre des représentants, la loi n°02-13 relative à la répression des fraudes aux examens vient d'être promulguée au Bulletin officiel.

Selon la nouvelle loi, les élèves ou les étudiants pris en flagrant délit de fraude écoperont d'un avertissement de la part des surveillants, et verront leur feuille d'examen retirée en cas de récidive. Le surveillant devra établir, le cas échéant, un procès-verbal dans lequel il mentionne l'identité du candidat, la nature de la fraude ainsi que le moyen utilisé. Le PV est transmis à une commission disciplinaire qui décide de la sanction à prendre à l'égard du fraudeur.

La commission disciplinaire peut, selon la gravité des faits avérés, soit donner une note éliminatoire dans la matière concernée par la fraude, soit exclure définitivement le tricheur des examens de l'année en cours ou bien prononcer une exclusion de deux années consécutives de l'examen.

Mardi 6 juin, quelques minutes après le début des examens du baccalauréat, plusieurs épreuves avaient fuité sur une page Facebook. Dans la foulée, les services de la DGSN avaient arrêté sept personnes à Rabat, Salé, Fès, Sidi Slimane, Taroudant et Biougra. Une semaine avant, les autorités avaient déjà déféré devant la justice 90 personnes soupçonnées d’être impliquées dans une tentative de fuite des épreuves de la première année du baccalauréat via des pages spécialisées sur Internet ou des groupes de chat sur des applications du téléphone mobile.

LIRE AUSSI:

Le top 15 des meilleures universités de la région MENA