TUNISIE
25/09/2016 15h:26 CET | Actualisé 26/09/2016 06h:55 CET

Natif de Tunis, l'ancien grand rabbin de France Yossef Sitruk est mort

Chief Rabbi of France Joseph Sitruk attends a ceremony near the Jewish cemetery of Herrlisheim, Eastern France, May 6, 2004. 127 graves, desecrated by vandals with Nazi swastikas and anti-semitic slogans written in German, were found last April 30 in this graveyard. REUTERS/Vincent Kessler  VK/ANB/CRB
Reuters Photographer / Reuters
Chief Rabbi of France Joseph Sitruk attends a ceremony near the Jewish cemetery of Herrlisheim, Eastern France, May 6, 2004. 127 graves, desecrated by vandals with Nazi swastikas and anti-semitic slogans written in German, were found last April 30 in this graveyard. REUTERS/Vincent Kessler VK/ANB/CRB

DÉCÈS- Né à Tunis le 16 octobre 1944, l'ancien grand rabbin de France Yossef Sitruk est mort dimanche 25 septembre à Paris à l'âge de 71 ans.

Attaché à son pays natal qu'il considère comme une "terre de coexistence et de tolérance", Yossef Sitruk a été reçu en juin 2015 par Béji Caid Essebsi. À cette occasion, il avait exprimé son respect pour la Tunisie et la solidarité de la communauté juive avec la Tunisie et en assimilant les Tunisiens à "un modèle de tolérance et d’ouverture".

Lors de l'attaque terroriste perpétrée à Tunis le 24 novembre dernier contre un bus de la garde présidentielle, il s'est rendu à l'ambassade de la Tunisie à Paris, accompagné de plusieurs membres de représentants de la communauté juive tunisienne afin d'exprimer sa solidarité avec le peuple tunisien.

Certains Tunisiens de confession juive ont rendu hommage via les réseaux sociaux au grand rabbin:

facebook

facebook

LIRE AUSSI:

Le président de la République française, François Hollande a salué une "figure marquante du judaïsme français". "Le Président de la République a appris avec tristesse le décès de Joseph Sitruk au terme d’une longue maladie", écrit l'Elysée dans un communiqué. "Homme de dialogue, défenseur de la laïcité, il était une figure marquante du judaïsme français".

"Tout au long de ses trois mandats de grand rabbin, cet homme à la barbe fournie aimait à cultiver des relations nourries avec les représentants des autres cultes et les responsables politiques", lit-on sur HuffPost France.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.