TUNISIE
09/08/2016 08h:33 CET

Les réactions fusent face aux propos de Kalthoum Kannou sur les binationaux

MOHAMED KHALIL/AFP/Getty Images
Former chairwomen of the Tunisian magistrates association and candidate for the Tunisian presidential elections Kalthoum Kannou (C) speaks to the press as she campaigns in Ettadhamen city, west of Tunis, on November 19, 2014. Kannou, the only woman in the race, is a magistrate and champion of judicial independence who was a staunch opponent of Ben Ali's regime. AFP PHOTO / MOHAMED KHALIL (Photo credit should read Mohammed Khalil/AFP/Getty Images)

Dans un statut Facebook publié sur sa page, la magistrate et candidate à l'élection présidentielle de 2014, Kalthoum Kannou, a appelé le chef du gouvernement Youssef Chahed à exclure les binationaux de la formation du prochain gouvernement d'union nationale.

Selon elle, si le président de la République et les magistrats sont obligés de faire un choix entre la nationalité tunisienne et une autre, cela devrait aussi être le cas des membres du gouvernement ainsi que ceux de l'Assemblée des représentants du peuple.

Pour Kalthoum Kannou, il s'agit d'une question d'égalité entre ceux qui représentent le pouvoir mais aussi d'une condition afin d' "éviter les conflits d'intérêts".

Pour corroborer ses propos, la juge cite l'exemple des États-Unis où il est interdit d'avoir une fonction élective en cas de double nationalité, ou encore l'Australie.

Plusieurs partis et personnalités politiques ont fortement dénoncé ces propos.

Riadh Jaidane, élu à l'Assemblée des représentants du peuple, ose la comparaison entre Kalthoum Kannou et l'extrême droite française:

De son côté le mouvement politique "l'appel des Tunisiens à l'étranger" a vivement condamné ces propos dénotant "un désir d'ostracisme":

La députée du bloc "Al Horra" Khawla Ben Aicha, y voit quant à elle une volonté de séparer les Tunisiens:

Les internautes non plus n'ont pas été en reste, condamnant fortement ces propos jugés "populistes" et "excluant":

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.