TUNISIE
05/08/2016 07h:48 CET

Front Populaire: La nomination de Youssef Chahed va reproduire l'ancien régime

Beji Caid Essebsi (R), leader of Tunisia's secular Nidaa Tounes party and a presidential candidate, speaks with Hamma Hammami , leader of Tunisia's Popular Front Party, in the assembly building in Tunis December 2, 2014. Tunisia's first full elected parliament held its opening session on Tuesday with a challenge to implement the democracy its people sought when they marched in the 2011 revolt against autocrat Zine el-Abidine Ben Ali.REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: POLITICS ELECTIONS)
Zoubeir Souissi / Reuters
Beji Caid Essebsi (R), leader of Tunisia's secular Nidaa Tounes party and a presidential candidate, speaks with Hamma Hammami , leader of Tunisia's Popular Front Party, in the assembly building in Tunis December 2, 2014. Tunisia's first full elected parliament held its opening session on Tuesday with a challenge to implement the democracy its people sought when they marched in the 2011 revolt against autocrat Zine el-Abidine Ben Ali.REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: POLITICS ELECTIONS)

POLITIQUE-Le Front Populaire a tranché sur la question de la nomination de Youssef Chahed à la tête du cabinet d'union nationale.

Pour le parti, cette nomination n'est pas le fruit d'une longue série de négociations mais simplement, une continuité des pratiques de l'ancien régime, reposant sur les liens de parentés, le clientélisme et la mainmise par une petite catégorie sur les leviers du pouvoir qui a des intérêts communs avec les centres de corruption

En effet, dans un communiqué rendu public mardi 3 août, le Front Populaire s'est dit contre la nomination de Youssef Chahed qu'il qualifie de danger pour la vie politique et constitue une solution à la crise de la coalition au pouvoir aux dépens des aspirations du peuple et une dérobade de la responsabilité de l’échec de la coalition.

“Le choix de Youssef Chahed consacre la loyauté en premier lieu au président de la République qui veut contourner la Constitution pour imposer un régime présidentiel comme première étape en désignant un chef de gouvernement proche et docile dont on pourra orienter les décisions et en amendant la Constitution au moment approprié, en seconde étape, comme l’ont affirmé plusieurs parties de la coalition au pouvoir” souligne le communiqué.

Le parti a appelé les forces nationales et démocratiques, partis, organisations et associations, à se mobiliser pour rejeter les plans du président de la République et sa coalition au pouvoir visant à mettre fin au processus révolutionnaire et à retourner à la dictature et à la répression.

Il est à noter que le Front Populaire n'a pas fait partie des signataires du document de Carthage à savoir la feuille de route du gouvernement d'union nationale, signée le 13 juillet dernier.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.