TUNISIE
15/07/2016 07h:14 CET | Actualisé 15/07/2016 08h:44 CET

"Il faut cesser de présenter l'auteur de l'attentat de Nice comme Tunisien" affirme l'ambassadeur de Tunisie en France

Tunisia's ambassador to France, Mohamed Ali Chihi (C) and President of France Medias Monde (FMM) Marie-Christine Saragosse (R) arrive for a state dinner in honor of the Tunisian President on April 7, 2015 at the Elysee palace in Paris. Tunisian President Beji Caid Essebsi started on April 7 a two-day visit to France.  AFP PHOTO / THOMAS SAMSON        (Photo credit should read THOMAS SAMSON/AFP/Getty Images)
THOMAS SAMSON via Getty Images
Tunisia's ambassador to France, Mohamed Ali Chihi (C) and President of France Medias Monde (FMM) Marie-Christine Saragosse (R) arrive for a state dinner in honor of the Tunisian President on April 7, 2015 at the Elysee palace in Paris. Tunisian President Beji Caid Essebsi started on April 7 a two-day visit to France. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON (Photo credit should read THOMAS SAMSON/AFP/Getty Images)

L’ambassadeur de Tunisie en France, Mohamed Ali Chihi a exprimé sa réticence quant au document présenté par les autorités françaises, selon lequel l’auteur de l’attentat de Nice est Tunisien.

En effet, dans une déclaration accordée à Radio Mosaïque Fm, l’ambassadeur a assuré que l’analyse ADN et les empreintes prélevées du suspect n’ont pas encore abouti et qu’il faut donc attendre avant de se prononcer.

"Même si il s’avère que l’auteur est un français d’origine tunisienne, nous allons demander aux autorités françaises de se contenter de mentionner son identité française uniquement car les origines importent peu" a-t-il déclaré.

Dans ce même contexte, une autre radio tunisienne à savoir Shems Fm a fait savoir que d’après l’agence de presse russe Spoutnik, les autorités sécuritaires françaises seraient en train de collaborer avec l’appareil sécuritaire tunisien dans le but d’avoir des informations sur les potentielles origines tunisiennes de l’auteur de l’attentat et de savoir également si il a déjà visité la Tunisie et si "il avait des liens quelconques avec des groupes extrémistes locaux".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.