TUNISIE
05/07/2016 11h:46 CET | Actualisé 05/07/2016 11h:57 CET

La Tunisie, classé au niveau 2 en matière de traite transnationale des personnes, selon le rapport du Département américain

Edith Castro Roldán, Oscar Manuel Luna Nieto

INTERNATIONAL- La Tunisie est classée au niveau 2 dans le "Tier 2 Watch List", sur la liste des pays pratiquant la traite transnationale des personnes, selon le rapport de 2016 du département américain, elle ne respecte pas pleinement la loi sur la protection des victimes de la Traite (TVPA) mais elle fait des efforts dans ce sens.

Pour établir son classement, le Département d'Etat des Etats-Unis a récolté les données auprès de divers organismes dans le monde.

La liste des 188 pays présents dans le rapport est divisée en quatre catégories, nommées "Tier". Le critère de ce classement est la TVPA. Cette loi définit une victime de la traite humaine comme une personne amenée à accomplir un travail ou un acte de commerce du sexe par la force, la fraude ou la coercition.

LIRE AUSSI: Traite des êtres humains: Un bilan mitigé pour la Tunisie, selon le département d'Etat américain

classement d

La Tunisie se trouve dans ce rapport au même niveau que des pays comme l'Afghanistan, le Pakistan, l'Arabie Saoudite. Toutefois elle est mieux classée que l'Algérie, qui a exprimé via son ministère des Affaires étrangères son "profond regret" que l'Algérie soit classée dans une "catégorie 3", affirmant que cette classification est "loin de résulter d'une évaluation rigoureuse de la situation".

LIRE AUSSI: L'Algérie "regrette profondément" son classement dans un rapport américain sur la traite des personnes

La loi sur la traite des personnes: de longues tergiversations

Un projet de loi sur la traite des personnes fait l'objet de longues tergiversations à l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Il refait surface souvent sans pourtant être adopté.

L'article 2 du projet de loi énonce que la traite des personnes est "l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou la mendicité, le prélèvement total ou partiel d’organes, de tissus, de cellules, de gamètes et de gènes ou toutes autres formes d’exploitation".

LIRE AUSSI:

Tunisie: Cette vidéo vous explique les formes de traite des êtres humains

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.