TUNISIE
03/06/2016 07h:30 CET

Une nouvelle fatwa concernant l'usage des réseaux Wi-Fi en Arabie saoudite

Thomas White / Reuters
A Trek employee demonstrates the Ai Ball wifi video camera in Singapore December 19, 2012. Singapore's decade-long push to become a hotbed for entrepreneurs is stuck at stage one. Venture capital firms are put off by the small size of the market, lack of big ideas that can be a global success and an uncertain exit strategy. Only 50 out of 301 venture capital firms based in Singapore are interested in local investment, according to the Asian Venture Capital Journal Research. Of the 70 high tech start-ups the government has invested in over the past two years, just 10 received follow-on private funding from investors locally and abroad, according to the National Research Foundation, the government arm responsible for research and development. Picture taken December 19, 2012. REUTERS/Thomas White (SINGAPORE - Tags: MEDIA SCIENCE TECHNOLOGY BUSINESS TELECOMS)

Une nouvelle fatwa très moderne a été émise en Arabie saoudite : l'avis concerne les gens qui utilisent le réseau Wi-Fi d'autres personnes sans leur autorisation.

Une fatwa est une instruction promulguée par un expert de la loi islamique sur des sujets variés allant des échecs aux bonshommes de neige en passant par, semble-t-il, l'utilisation des réseaux Internet.

«Un érudit saoudien a émis une fatwa contre l'utilisation du Wi-Fi d'une autre personne sans autorisation, au motif que le vol n'est pas toléré dans l'Islam», rapporte Atlantico.fr.

Ali Al Hakami, membre d'une commission qui a l'oreille du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, a spécifié que «lorsque le service Wi-Fi est ouvert comme dans les parcs, les centres commerciaux, les cafétérias, les hôtels et les ministères du gouvernement, alors il n'y a pas de problème, car il est censé être utilisé publiquement».

Le Sydney Morning Herald rappelle que les fatwas sont souvent inoffensives, voire insolites, mais qu'elles reflètent parfois des normes «patriarcales ou conservatrices». En Indonésie, on a interdit les emojis pouvant s'apparenter à la culture LGBT. L'État islamique aurait aussi émis une fatwa interdisant aux femmes de s'asseoir sur une chaise, selon le SMH.

Une des fatwas les plus controversées a été émise en 1989 en Iran, rapporte RT. L'Ayatollah Ruhollah Khomeini y demandait l'assassinat, rien de moins, de l'auteur indo-britannique Salman Rushdie, qui avait écrit les Versets sataniques.

Rushdie est toujours vivant à ce jour même si beaucoup d'institutions iraniennes veulent toujours sa mort.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.