TUNISIE
22/04/2016 14h:46 CET | Actualisé 23/04/2016 09h:08 CET

Tunisie: "Puisqu'on peut ouvrir les écoles en été pour faire apprendre le Coran, on peut alors le faire aussi pour promouvoir la culture" affirme Brahim Letayef

Quoi d'9/ facebook

Réagissant au projet du ministère de l'Education d'organiser des séances (facultatives) de mémorisation du Coran dans les écoles durant les vacances d’été, le producteur et ancien président des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) Brahim Letayef a lancé un appel jeudi le 21 avril sur son profil Facebook pour ouvrir également les écoles aux activités artistiques.

Son statut Facebook a été relayé par des centaines de personnes:

facebook

Contacté par le HuffPost Tunisie, Brahim Letayef confie que l'idée d'occuper les jeunes par des activités artistiques et culturelles en été n'est pas nouvelle: "On visait plutôt les maisons de jeunes, devenues propices à tout sauf à des choses instructives. On s'est dit que nous, collectif d'artistes, ce serait génial de fédérer les personnes qui veulent aider ou qui sont disponibles pour qu'ils encadrent les animateurs dans les maisons des jeunes pour qu'ils puissent dispenser eux-mêmes quelques activités artistiques", a-t-il expliqué.

Le producteur signale que ce projet avec les maisons de jeunes n'est pas récent. Il avait commencé dans cinq endroits à travers le pays: "On espère le développer davantage d'ailleurs".

Pourquoi englober désormais les écoles dans ce projet? "Puisqu'on peut ouvrir les écoles en été pour faire apprendre le Coran, on peut alors le faire aussi pour promouvoir la culture. On bénéficiera ainsi des espaces grands et adaptés pour nos activités car on manque d'espaces aménagés".

Pour Brahim Letayef, l'apprentissage du Coran n'est pas incompatible avec l'initiation à l'art.

"Notre but est aussi de construire une école républicaine, sécularisée et ouverte à tout le monde", plaide le producteur.

Beaucoup de personnes, artistes ou pas, ont montré leur soutien à l'initiative de Brahim Lateaf à travers les commentaires sur sa publication Facebook, au-delà de ce soutien "virtuel", y aura t-il des engagements réels? "Beaucoup de gens appartenant au monde de la culture m'ont appelé avec l'intention de participer à ce projet. Il y a ceux qui se disent prêts pour nous prêter leurs matériels nécessaires pour les ateliers de photographie ou de cinéma", assure-t-il.

LIRE AUSSI:Tunisie: Durant les vacances d'été, les écoles donneront des cours de mémorisation du Coran

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.