MAROC
22/04/2016 11h:01 CET | Actualisé 23/04/2016 06h:16 CET

L'ONU réagit au discours de Mohammed VI sur Ban Ki-moon

L'ONU réagit au discours de Mohammed VI sur Ban-ki Moon
MAP
L'ONU réagit au discours de Mohammed VI sur Ban-ki Moon

DIPLOMATIE - Il n'aura pas fallu longtemps pour que l'Organisation des nations unies réagisse au discours prononcé par le roi Mohammed VI à Riyad le 20 avril, lors du sommet Maroc-Pays du Golfe. Dans son allocution, le roi avait taclé Ban Ki-moon au sujet de sa position sur le dossier du Sahara.

Le roi a en effet accusé le secrétaire des Nations unies d'être "l’otage de certains de ses collaborateurs et de ses conseillers, auxquels il délègue la supervision de la gestion de nombre de dossiers importants, en se contentant, lui, d’appliquer les propositions qu’ils lui présentent". Le roi a également déclaré que Ban Ki-moon avait admis, dans le passé, "ne pas avoir une connaissance complète du dossier du Sahara marocain, comme c’est le cas pour de nombreuses autres affaires".

Ces propos ont trouvé écho dans les couloirs de l'ONU, puisqu'ils ont été abordés le 21 avril, lors d'un point presse tenu au siège de l'organisation. Stéphane Dujarric, porte-parole de Ban Ki-moon, a été interrogé à ce sujet par les médias présents sur place.

Lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il y a eu des discussions entre le secrétaire général de l'ONU et les autorités marocaines, Stéphane Dujarric a répondu: "pas que je sache. Evidemment, il y a eu des contacts entre l'ONU et le Maroc à différents niveaux au cours des dernières semaines."

Concernant le discours du roi à Riyad, le porte-parole de Ban Ki-moon a déclaré: "je ne vais pas répondre directement au discours du roi", en raison du fait que "le secrétaire général a, je pense, exprimé sa position" au sujet du Sahara.

"C'est entre les mains du conseil de sécurité"

Un journaliste est, par la suite, revenu à la charge en demandant au porte-parole d'identifier "l'entourage" dont a parlé Mohammed VI dans son discours, avant de s'interroger s'il fallait mettre en place une médiation entre l'ONU et le royaume. Et Dujarric de répondre que "l'avenir de MINURSO est entre les mains du conseil de sécurité. Tous ceux qui servent l'ONU, et conseillent le secrétaire général, sont des membres de l'organisation. Ils ont signé notre charte."

Stéphane Dujarric a enfin indiqué que la princesse Lalla Hasna, qui représente le roi à la signature de l'accord de Paris, ce vendredi 22 avril à New York, "rencontrera sûrement le secrétaire général de l'ONU lors des cérémonies."

LIRE AUSSI:Depuis Ryad, Mohammed VI tacle Ban Ki-moon