MAROC
21/04/2016 05h:49 CET | Actualisé 21/04/2016 06h:22 CET

Quand le PPS considérait le PJD comme un danger pour la démocratie

Quand le PPS considérait que le PJD constitue un danger pour la démocratie
Nabil Benabdellah/Facebook
Quand le PPS considérait que le PJD constitue un danger pour la démocratie

ALLIANCES - Alors que le Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime, aujourd'hui, sa pleine satisfaction de l'alliance qu'il a conclu avec le Parti de la justice et du développement (PJD), ainsi que la convergence de ses objectifs avec ceux du PJD, il n'en a pas toujours été ainsi. En 2007, le PPS dénonçait de manière frontale le parti de la lampe, considérant qu'il constituait une menace pour la démocratie.

Tout a commencé avec l’appel "Pour un pacte des démocrates", lancé à l'approche des élections législatives de 2007 par l’écrivain Abdellatif Laâbi. Dans cet appel, qui reprend la vision d’un affrontement entre deux modèles de société, l'écrivain appelle la gauche à assumer "la responsabilité morale de régénérer le sens de l’action politique."

Il n'en a pas fallu plus pour que des partis de la gauche, dont le PPS, dirigé à l'époque par Ismaïl Alaoui, fassent siens le slogan (et les craintes) de Laâbi, et se présentent comme l'unique espoir face aux "forces conservatrices et rétrogrades", en l'occurrence le PJD, dixit Ismaïl Alaoui lors d'un meeting tenu en 2007.

"Nous sommes optimistes, mais nous devons également être sur nos gardes parce que les forces conservatrices et rétrogrades ennemies du progrès, du modernisme, de la démocratie et de l'égalité sociale veulent à revenir sur scène pour nous tirer vers l'arrière", affirmait le secrétaire général du PPS Ismaïl Alaoui. Et d'ajouter que ces "forces rétrogrades et conservatrices" menacent le Maroc "non seulement de régression, mais aussi de mettre fin au processus d'instauration d'une société moderniste, démocratique, solidaire et digne du peuple marocain et du 21e siècle."

Entre temps, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts...

LIRE AUSSI:

Galerie photoLes politiques marocains votent aussi Voyez les images