ALGÉRIE
21/04/2016 07h:39 CET | Actualisé 21/04/2016 17h:02 CET

Le hacker algérien Hamza Bendelladj condamné à 15 ans de prison par la justice américaine

Le hacker algérien Hamza Bendelladj a été condamné mercredi 20 avril à une peine de 15 ans de prison par la justice américaine.

Selon un communiqué du Département américain de la Justice, le hacker algérien, surnommé le "hacker souriant" et poursuivi par les autorités américaines sous le pseudonyme BX1, a été condamné avec son complice le russe Aleksandr Andreevich Panin, surnommé "Gribodemon" à une peine combinée de 24 ans et 6 mois de prison".

Ils ont ainsi accusé d'avoir développé et distribué le virus Internet connu sous le nom de "SpyEye".

Aleksandr Panin a ainsi écopé de 9 ans et 6 mois de prison, tandis que le juge Totenberg a condamné le hacker algérien

à 15 ans de prison et 3 ans de liberté surveillée. par la justice américaine. Son avocat a indiqué qu'il fera appel à cette condamnation, selon le site d'informations BCC.

Au terme d'une traque de trois ans, Hamza Bendelladj arrêté le 6 janvier 2013 par la police thaïlandaise alors qu'il faisait escale à Bangkok en transit entre la Malaisie et l'Égypte.

Menotté et souriant lors de sa présentation aux médias sur toutes les photos prises après son arrestation et qui ont fait la une de la presse internationale, ce que lui valut le surnom de "Hacker souriant ".

Selon la police thaïlandaise, le jeune hacker était dans le top 10 des personnes les plus recherchées par le FBI.

Des internautes "lui rendent hommage"

La condamnation de Hamza Bendelladj a rapidement suscité la réaction des internautes sur les réseaux sociaux, notamment Twitter.

Beaucoup "saluent" ainsi ce "héros" pour avoir détourné des fonds de banques de l'occupation israélienne et offert des dons à des organisations caritatives palestiniennes.

D'autres internautes, algériens mais également palestiniens, se disaient alors "fiers" de ce hacker.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.