MAROC
21/04/2016 06h:48 CET | Actualisé 21/04/2016 06h:50 CET

Les déclarations choc de Mhamed Hilali vis-à-vis des chiites marocains

Le MUR met en garde contre "le danger d'une invasion chiite et sectaire"
DR
Le MUR met en garde contre "le danger d'une invasion chiite et sectaire"

POLITIQUE - C’était attendu. Au lendemain de la création de l’association "Les Messagers progressistes" le 16 avril par des chiites marocains à Tétouan, le Mouvement unicité et réforme (MUR), matrice idéologique du Parti de la justice et développement (PJD), s'est élevé contre la création de cette association, par la voix de l'un des ses dirigeants, Mhamed Hilali.

Lors d’une conférence de presse sur la situation religieuse au Maroc entre 2013 et 2015, tenue le 20 avril à Rabat, il a déclaré que "le Maroc fait face au danger d’une invasion chiite et sectaire, après plusieurs tentatives des chiites marocains de régulariser leurs pratiques en exploitant la carte de défense des droits humains", rapporte Alyaoum24. "Nous sommes pour les libertés individuelles et la prééminence de la croyance individuelle sur la croyance collective, mais nous craignions que cette invasion chiite mène à un conflit sectaire", a-t-il martelé.

L'association "Messagers progressistes", présidée par Abdou Chougrani, membre du Parti socialiste unifié (PSU), se revendique comme étant "islamiste de gauche". Son objectif déclaré est de "défendre la liberté de pratique religieuse au royaume", surtout celle de la communauté chiite qui célèbre chaque année les fêtes religieuses comme l’Achoura dans la clandestinité la plus absolue. L'association est active dans le nord du pays, notamment dans la région Tanger-Tétouan.

LIRE AUSSI:

Galerie photoLes plus belles mosquées du Maroc Voyez les images