ALGÉRIE
21/04/2016 12h:58 CET | Actualisé 21/04/2016 13h:18 CET

Khelil visite une autre zaouïa et déclare à Tissemsilt: "la France manœuvre après avoir perdu ses privilèges en Algérie"

Facebook/Ennahar

Chez Chakib Khelil, à chaque weekend sa zaouïa. Après celle de Si Mohammed Ben Merzouk à Djelfa et celle de Sidi Mahieddine à Mascara, l'ancien ministre de l'Energie et des Mines a visité e jeudi 21 avril la zaouïa Sidi Ali El Hadj de la wilaya de Tissemsilt.

Chakib Khelil a été reçu par les notables de la région, tout comme les précédentes visites. L'ancien ministre de l'Energie multiplie ainsi ses sorties publiques, à peine 24H après la diffusion de son entretien à la chaîne de télévision privée Dzaïr TV.

Il a ainsi profité de cette visite pour s'exprimer sur les polémiques survenues lors de la visite du Premier ministre français Manuel Valls, estimant ainsi que "la diversification de ses relations commerciales ont irrité certains lobbies français". Khelil a même rajouté que "ces manoeuvres ont pour but d'influencer l'opinion publique française", à l'heure où "la popularité de leurs dirigeants est en baisse".

Selon lui, "la diplomatie forte et es positions stables et constantes de l'Algérie dérangent" et la France "manoeuvre après avoir perdu ses privilèges", indique-t-il, relayé par Ennahar.

LIRE AUSSI: Tweet de Manuel Valls : Ouyahia accuse des algériens d'être les relais d'un "groupe haineux en France"

L'ancien ministre est rentré au pays après trois ans passées aux Etats-Unis et suite au lancement, puis l'annulation, par l'Algérie d'un mandat d'arrêt international à son encontre dans le cadre de l'affaire de Sonatrach II.

Son retour ainsi que ces déclarations, notamment sur la "fabrication" de son implication dans les affaires de corruption par l'ex-DRS, ont nourri les spéculations concernant sa réhabilitation politique.

qsdqsdf

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

l