MAROC
20/04/2016 13h:09 CET | Actualisé 20/04/2016 13h:11 CET

2M part à la chasse aux tabous dans Mâa Nass

MÉDIAS - La chaîne nationale 2M renouvelle progressivement sa programmation. Après avoir lancé l'émission de débat politique Confidences de presse, la voici qui annonce le démarrage de Mâa Nass (Avec les gens), une émission de société qui souhaite "jeter la lumière sur des sujets tabous en s'appuyant sur des faits réels ayant défrayé la chronique".

Présentée par Aziza Laâyouni et co-préparée avec le réalisateur Abderrahim Salfouni, l'émission souhaite aborder des faits de société à travers une reconstitution des faits d'affaires qui ont marqué l'actualité. "Le but n'est pas selement de raconter une histoire, mais aussi d'en tirer des leçons", explique au HuffPost Maroc la journaliste en charge de l'émission, qui a déjà fait ses preuves chez 2M en tant qu'animatrice télé et radio.

La reconstitution des faits, un choix à double tranchant

En darija, Mâa Nass reviendra donc sur des faits divers tout en donnant la parole à des spécialistes. Pour son premier épisode, qui sera diffusé le 22 avril à 23 heures, l'émission, longue de 52 minutes, se focalisera sur l'affaire de Bir Jdid, où une fille âgée à peine de deux ans a été violée et assassinée par son oncle en 2014. La mère de la victime témoignera à visage découvert pour revenir sur cette affaire sordide. Cet épisode connaitra la participation de la sexologue Amal Chabach et de l'activiste Najat Anouar, présidente de Touche pas à mon enfant.

Avant d'ouvrir le débat avec les spécialistes invités, une courte fiction viendra, durant chaque épisode, raconter les faits. Un choix qui n'est pas sans risque, puisque l'émission pourrait être perçue comme un simple récit de fait divers. "C'est quelque chose dont nous sommes conscients, vu que nous prenons ce risque. Mais nous ne souhaitons pas en faire une émission populiste", affirme Aziza Laâyouni, qui rappelle "l'importance des interventions des spécialistes dans l'émission", pour ainsi sensibiliser l'audimat.

Une émission "sans limites"

Fière d'un projet qui aura mis un an à se concrétiser, Aziza Laâyouni assure que cette émission "n'aura pas de limite concernant le traitement des sujets qui touchent la société". Par là, elle évoque plusieurs sujets qui seront traités à l'avenir, comme la prostitution, l'homophobie régnante au sein de la société marocaine ou encore les problèmes que vivent les femmes qui ont perdu leur virginité avant le mariage. "Ce sont des sujets qui me tiennent à coeur et que j'ai proposés en premier lieu lors de l'élaboration de l'émission".

Pour l'instant, deux épisodes ont été finalisés par l'équipe de l'émission. "Nous les diffuserons dans les semaines qui viennent avant de reprendre à la rentrée prochaine".

LIRE AUSSI:Au Maroc, les chaînes de télévision privées n'ont pas droit de cité

Galerie photoLe bêtisier de la télévision marocaine Voyez les images