ALGÉRIE
19/04/2016 13h:12 CET | Actualisé 19/04/2016 13h:12 CET

L'Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel palestinien et l'authenticité d'El Qods

The Dome of the Rock is seen in the background as Palestinians wait for Friday prayers to begin on the compound known to Muslims as Noble Sanctuary and to Jews as Temple Mount in Jerusalem's Old City October 23, 2015. Palestinian factions called for mass rallies against Israel in the occupied West Bank and East Jerusalem in a "day of rage" on Friday, as world and regional powers pressed on with talks to try to end more than three weeks of bloodshed. Israeli authorities also lifted restrictions on Friday that had banned men aged under 40 from using the flashpoint al-Aqsa mosque compound in Jerusalem's Old City - a move seen as a bid to ease Muslim anger. REUTERS/Ammar Awad
Ammar Awad / Reuters
The Dome of the Rock is seen in the background as Palestinians wait for Friday prayers to begin on the compound known to Muslims as Noble Sanctuary and to Jews as Temple Mount in Jerusalem's Old City October 23, 2015. Palestinian factions called for mass rallies against Israel in the occupied West Bank and East Jerusalem in a "day of rage" on Friday, as world and regional powers pressed on with talks to try to end more than three weeks of bloodshed. Israeli authorities also lifted restrictions on Friday that had banned men aged under 40 from using the flashpoint al-Aqsa mosque compound in Jerusalem's Old City - a move seen as a bid to ease Muslim anger. REUTERS/Ammar Awad

La directrice générale de l'Union des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (Unesco) Irina Bokova a appelé lundi les Etats membres à "avancer dans un esprit qui encourage au dialogue", après l'adoption jeudi d'une décision sur la Vieille ville d'El Qods occupée visant à sauvegarder le patrimoine culturel palestinien.

A l'initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l'Unesco avait adopté jeudi une décision sur la Palestine occupée, dont le texte vise à "sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de la ville" d'El Qods-Est.

Un paragraphe du texte accuse l'occupation israélienne d'installer de "fausses tombes juives" dans des cimetières musulmans d'El Qods-Est, et un autre "dénonce vivement les agressions répétées commises par les occupants contre les civils".

Parlant de la ville d'El Qods, la directrice de l'Unesco a déclaré dans un communiqué qu'elle représentait "une terre sainte des trois religions monothéistes, un lieu de dialogue pour tous et rien ne devrait être entrepris qui puisse en modifier son intégrité et son authenticité".

"C'est une mosaïque de cultures et de peuples, dont l'histoire a façonné l'histoire de l'humanité tout entière", a-t-elle ajouté. "Je crois que les Etats membres ont une responsabilité envers le mandat de l'Unesco, d'avancer dans un esprit qui encourage au dialogue, à la tolérance et à la paix".

En octobre, un projet de résolution du Conseil exécutif de l'Unesco sur la ville d'El Qods avait obtenu dans sa version définitive l'expurgation d'une revendication contestée sur le mur des Lamentations.

A l'époque, Irina Bokova avait "déploré" les initiatives susceptibles d' "être perçues comme des modifications au statut de la Vieille Ville d'El Qods et de ses remparts", appelant le Conseil à prendre des décisions pour apaiser les tensions sur le terrain.

Située à El Qods-Est, l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.