MAROC
18/04/2016 07h:16 CET | Actualisé 18/04/2016 07h:16 CET

Le PJD et le PPS renouvellent leur alliance

ÉLECTIONS - Jacques Brel leur aurait volontiers dédié sa chanson des vieux amants. "Il y a eu une alchimie entre nous, dès les premières rencontres, qui remontent à avant 2011. Nous partageons la même trajectoire, le même pragmatisme, le même respect de la légalité", dixit Nabil Benabdellah, le regard posé sur Abdelilah Benkirane. Car entre islamistes et ex-communistes, c'est l'alliance la plus improbable du champ politique marocain. Et pourtant, c'est, semble-t-il, celle qui fonctionne le mieux.

Réunis samedi 16 avril au siège du Parti du progrès et du socialisme (PPS), les dirigeants du Parti de la justice et du développement (PJD) et du PPS ont affirmé vouloir reconduire leur alliance lors des prochaines élections, et ont mis l'emphase sur leur détermination de poursuivre leur action commune au sein de la majorité gouvernementale, et de renforcer la concertation pour consolider les acquis de leur expérience à la tête du gouvernement.

"Parole d'hommes" pour Benkirane, "parole d'hommes et de femmes" pour Benabdellah

La rencontre, présidée par les secrétaires généraux des deux partis, respectivement Abdelilah Benkirane (PJD) et Nabil Benabdellah (PPS), a été l'occasion d'exprimer toute l'étendue de l'entente entre les deux partis. “Entre nous sont nées des relations personnelles, fraternelles", dues à "notre lutte commune pour la démocratie", a dit Benabdellah. Et Benkirane de s'adresser à Benabdellah: "tu as engagé ton parti et ton avenir politique, tu as accepté d’être dans la même tranchée que nous, de défendre les mêmes positions, tu as risqué ton avenir politique“.

Puis le secrétaire général du PJD qui affirme que "nous resterons ensemble, dans la majorité comme dans l’opposition, nous resterons ensemble, pour le meilleur comme pour le pire", et Benabdellah qui ajoute que "les conditions qui ont prévalu en 2011 et qui ont nous ont amenés à nous placer à vos côtés sont toujours là." Et de conclure, à l'unisson: "c'est pourquoi, lors des prochaines élections, nous serons de nouveau à vos côtés."

Ce qui donne toute sa force à l'alliance PJD-PPS, c'est, pour Benkirane, "une parole d'hommes". Et Benabdellah de compléter: "une parole d'hommes et de femmes."

Benkirane retrouve ses fantômes

Cela faisait longtemps. Si longtemps qu'on l'a cru définitivement guéri de ses visions de fantômes. Lors de la rencontre, le Chef du gouvernement n'a pas manqué d'accabler les "forces invisibles qui ne veulent pas laisser le peuple en paix, ni prendre ses décisions en toute indépendance." De qui s'agit-il? On ne le saura jamais...

LIRE AUSSI: