ALGÉRIE
18/04/2016 05h:48 CET | Actualisé 18/04/2016 05h:50 CET

Les forces de sécurité mettent fin au sit-in des enseignants protestataires

Facebook/ Hakim Addad

Les forces de sécurité ont mis fin ce matin au sit-in des enseignants contractuels qui a duré deux semaines aux portes d'Alger.

Les contractuels avaient entamé un mouvement de protestation la fin mars pour réclamer leur intégration sans passer le concours de recrutement. Une marche a été initié à partir de Bejaïa et a été bloquée à Boudouaou. Après deux semaines de sit-in, les protestataires ont été dispersé et escorté ce matin jusqu’à la station des autobus de Kherouba d'où ils ont été contraints de prendre les bus vers leurs wilayas respectives.

Selon le journal El Khabar, les forces de sécurité avaient surpris les protestataires dans leur sommeil aux environs de 3H du matin et les ont obligé à prendre les bus qui les ont conduits à Kherouba.

Selon la même source, cette opération a été marquée par quelques escarmouches faisant quelques blessés légers.

Pour rappel, la ministre de l’éducation, soutenue par le Premier ministre, a appelé les enseignants protestataires à faire preuve de "sagesse", à réintégrer leurs postes de travail et participer au concours de recrutement qui aura lieu le 30 avril. Elle a affirmé également l'impossibilité de leur intégration sans passer par le concours de recrutement. Chose que réfutaient les protestataires.

Le délai d'inscription au concours de recrutement a expiré en fin de semaine. Le ministère de l'éducation a publié un bilan sur le nombre des enseignants contractuels qui se sont inscrits au concours destiné, apparemment, à montrer que les contestataires sont très minoritaires.

Selon Abdelwahab Guellil le chef de cabinet de la ministre de l'éducation, "près de 90% des enseignants contractuels ont déposé leurs dossiers pour postuler au concours de recrutement de l'éducation nationale".

Jusqu'à ce jeudi, 963.602 candidats se sont candidats inscrits - via le site web de l'ONEC - au niveau national. Le concours sera organisé le 30 avril 2016 pour le recrutement de plus 28.000 enseignants pour les trois paliers (primaire-moyen-secondaire).

Le ministre de l'intérieur avait promet des "mesures" contre la persistance du mouvement à Boudouaou. Noureddine Bedoui, avait clairement agité la menace d'une évacuation par le recours à la force publique de "sahat al-idmaj" (place de l'intégration), sise à la cité 950 logements de Boudouaou si les enseignants contractuels persistaient dans leur mouvement. Chose faite ce matin.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.