MAROC
18/04/2016 12h:27 CET | Actualisé 18/04/2016 13h:24 CET

Le caftan marocain s'invite au Brighton Museum & Art Gallery en Angleterre

Zhor Raiss

MODE - Le caftan n'a pas fini de traverser les frontières. Dans le cadre de l'exposition "Fashion Cities Africa" (les villes de la mode africaine ndlr) qui se tiendra du 30 avril 2016 jusqu'au 8 janvier 2017 et qui met à l'honneur quatre villes africaines dont Casablanca, la styliste et créatrice marocaine Zhor Raiss, - qui détient la boutique "La Maison du Caftan" à Casablanca - représentera le Maroc avec une collection de caftans cousus à la main.

Pour préparer cette exposition, qui se concentre sur le style et les choix vestimentaires des acteurs influents de la mode en Afrique, les créatrices de cet événement et spécialistes de la mode africaine Hannah Azieb Pool et Helen Jennings ont visité en 2015 les villes de Casablanca, Nairobi, Lagos et Johannesburg, pour "explorer et identifier les principaux acteurs de la mode", selon le site officiel du musée de Brighton.

"L'art contemporain africain a suscité un grand intérêt en Europe et aux Etats-Unis ces dernières années. En Angleterre, c'est la première fois qu'une exposition sur la mode contemporaine africaine ouvrira ses portes. Nous voulons montrer la diversité qui existe dans ce continent (...) Le but est de cerner les pratiques de mode dans ces quatre villes tout en racontant leur histoire" peut-on lire sur le site.

"Chacune de ses villes vedettes a sa propre scène de la mode: certaines sont émergentes alors que d'autres sont plus établies. Des designers africains font maintenant partie des principaux acteurs de la mode internationale, tandis que d'autres expérimentent de manière créative la mode mondiale et les identités locales", a confié la co-créatrice de l'exposition Helen Mears à la même source.

En plus d'exposer une large gamme de vêtements venus d'ailleurs, "Fashion Cities Africa" s'illustrera également avec des images et des films pour souligner la créativité et le dynamisme de ces quatre villes.

LIRE AUSSI: