ALGÉRIE
17/04/2016 04h:08 CET | Actualisé 18/04/2016 03h:34 CET

Pétrole: la réunion de la "dernière chance" de Doha plombée par la fixation saoudienne sur l'Iran

Saudi Arabia's Deputy Crown Prince Mohammed bin Salman reacts upon his arrival at the Elysee Palace in Paris, France in this June 24, 2015 file photo. REUTERS/Charles Platiau/Files
Charles Platiau / Reuters
Saudi Arabia's Deputy Crown Prince Mohammed bin Salman reacts upon his arrival at the Elysee Palace in Paris, France in this June 24, 2015 file photo. REUTERS/Charles Platiau/Files

La réunion des pays pétroliers ce dimanche à Doha destinée à négocier un gel de la production afin de soutenir les prix semble mal partie. L'Iran a confirmé qu'il n'enverra aucun représentant à cette réunion qui regroupe une quinzaine de pays producteurs, dont l’Arabie saoudite et la Russie, pour aboutir à un gel de l’offre mondiale de brut.

L'Iran, qui veut retrouver son niveau de production d'avant les sanctions n'entend pas se soumettre à ce qu'il considère comme une pression injustifiée de l'Arabie saoudite voire un prétexte pour ne pas négocier un accord.

Une exigence renouvelée par le puissant vice-prince héritier d'Arabie, Mohammed ben Salmane, qui préside le Conseil suprême de la Saudi Arabian Oil Company (Aramco).

L’Arabie saoudite est en mesure d’augmenter immédiatement sa production de 11,5 millions baril/jour (mbj) à 12,5 millions mbj si "elle le veut" a déclaré le fils du roi en soulignant que si son pays décidait d’augmenter ses investissements dans le secteur pétrolier, la production totale pourrait atteindre 20 millions mbj.

"Je ne suggère pas que nous allons produire plus, mais que nous pouvons produire plus" a-t-il déclaré rappelant ainsi que l’Arabie saoudite a les moyens d’être le maître du jeu sur le marché pétrolier.

"Let them eat oil" (laissez-le bouffer du pétrole) a titré le HuffPost Canada devant une perspective peu réjouissante pour l’industrie pétrolière. Les déclarations de Mohammed ben Salmane ont refroidi les espoirs d'un accord à Doha alors que l'Iran n'y sera pas présent, bien décidé à ne pas renoncer à son objectif de revenir à son niveau de production d'avant les sanctions.

L'Iran, un prétexte?

Le ministre iranien du pétrole, Bijan Zanganeh, a indiqué que son pays ne peut pas "se joindre au plan pour stabiliser les prix du pétrole tant qu'il n'aura pas retrouvé son niveau de production et d'exportation d'avant les sanctions.".

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi n'a pas fait de commentaires. L'Arabie saoudite parait davantage guidée par son animosité voire sa fixation politique à l'égard de l'Iran que par la réalité du marché.

Des experts pétroliers soulignent en effet que l'Iran n'a pas la capacité d'augmenter sa production de 500.000 barils par jour d'ici la fin 2016, ce qui rend, en théorie possible, la conclusion d'un accord sans tenir compte de son absence à la réunion.

Le Qatar, pays hôte, parle d'"atmosphère d'optimisme" mais les marchés pétroliers paraissent plus portés par le pessimisme. Un échec de la réunion de Doha pourrait entraîner un nouvel effondrement des prix qui replongeraient vers les 30 dollars alors qu’ils tournent actuellement autour de 40 dollars.

Le seul signe positif vient plutôt des producteurs du pétrole de schiste américain qui sont entrain de baisser leur production. Le prix du baril étant inférieur au coût de production, l’AIE s’attend à une baisse de la production américaine au second semestre 2016 de 530.000 barils/jour.

La menace de mettre "immédiatement" un million de barils de plus sur le marché n'arrange guère les choses alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que même la conclusion d'un accord à Doha n'aurait qu'un "impact limité" sur l'offre.

L'OPEP, elle-même, a quelque peu refroidi l'optimisme en soulignant que l'offre, déjà excédentaire, pourrait s'accentuer. L'organisation a aussi révisé à la baisse ses prévisions de croissance de la demande mondiale cette année et pourrait les réduire davantage.

Le prix du baril a chuté de près de 60% depuis la mi-2014 en raison d'un grand excédent de l'offre du à la conjonction d'une baisse de la demande mondiale, d'une très forte augmentation de la production de pétrole non conventionnel, dont le pétrole de schiste américain.

Les analystes estiment qu’il existe un excédent d’offres de 2 millions barils-jour sur le marché mondial actuellement. La situation a été aggravée par le fait que l'OPEP, sous l'impulsion de l'Arabie saoudite, n'a pas joué le rôle de régulateur en refusant de réduire sa production.

Les pertes pour les pays exportateurs sont faramineuses et se comptent en centaines de milliards de dollars. La plupart des pays pétrolières connaissent des difficultés budgétaires qui les contraignent à des mesures d'austérité.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.