ALGÉRIE
17/04/2016 09h:05 CET | Actualisé 17/04/2016 09h:05 CET

Koweït: grève illimitée dans le secteur pétrolier, baisse de la production

Kuwaiti oil sector employees sit in a shaded area on the first day of an official strike called by the Oil and Petrochemical Industries Workers Union over public sector pay reforms, in Ahmadi, Kuwait April 17, 2016. REUTERS/Stephanie McGehee
Stephanie McGehee / Reuters
Kuwaiti oil sector employees sit in a shaded area on the first day of an official strike called by the Oil and Petrochemical Industries Workers Union over public sector pay reforms, in Ahmadi, Kuwait April 17, 2016. REUTERS/Stephanie McGehee

La grève illimitée entamée dimanche par les travailleurs du secteur pétrolier au Koweït, qui protestent contre des réductions de salaires envisagées par le gouvernement, a entraîné une baisse de la production selon un responsable.

Un porte-parole de la Kuwait Oil Co., Saad al-Azemei, a indiqué sur Twitter que la production de pétrole du Koweït a baissé à 1,1 million de baril dimanche au premier jour de la grève, contre 3 millions de barils par jour (mbj) en moyenne.

Selon ce responsable, la production de gaz naturel n'a atteint dimanche que 620 millions de pieds cube contre 1,3 milliard de pieds cube par jour en moyenne.

Cette grève coïncide avec une réunion au Qatar de grands producteurs de pétrole, dont le Koweït, pour discuter d'un gel de la production afin de soutenir les prix.

Des milliers de travailleurs ont commencé la grève et il y a un arrêt partiel de la production sur des sites pétroliers, a déclaré dimanche à l'AFP le chef du syndicat des employés du secteur pétrolier, Saïf al-Qahtani.

Il n'a pas donné de détails sur les sites affectés ou sur leur rythme de production.

Observée depuis 07H00 locales (04H00 GMT), cette grève illimitée se poursuivra jusqu'à la réalisation des revendications des travailleurs, a-t-il prévenu.

LIRE AUSSI:Pétrole: la réunion de la "dernière chance" de Doha plombée par la fixation saoudienne sur l'Iran?

La compagnie publique Kuwait Petroleum Corp (KPC) a aussitôt affirmé avoir la capacité de continuer à approvisionner le marché local et ses clients à l'étranger grâce à ses stocks, en dépit de la grève.

La KPC et ses filiales ont mis en oeuvre leurs plans d'urgence (...) après le début de la grève, a déclaré un porte-parole du secteur public pétrolier, Talal Khaled Al-Sabah, dans un communiqué.

Les exportations se poursuivent comme prévu (...) et n'ont pas été affectées, pour le moment, par la grève, a-t-il ajouté à l'adresse des clients du Koweït à l'étranger.

Les stocks de l'Etat en essence et produits pétroliers couvrent les besoins du pays pendant 25 jours et ses réserves stratégiques sont suffisantes pour 31 autres jours, a encore dit le porte-parole.

Il a également affirmé que l'approvisionnement en produits pétroliers des stations de service, de l'aéroport international de Koweït et des centrales électriques dans l'émirat n'était pas affecté.

La Kuwait National Petroleum Co a, pour sa part, affirmé que ses trois raffineries, les seules de l'émirat, avaient continué à fonctionner malgré la grève.

Mais la production de ces raffineries est tombée à 520.000 barils actuellement, contre 930.000 barils avant la grève, a admis le président exécutif de la compagnie, Mohamed Ghazi al-Mutairi, cité par l'agence officielle KUNA.

Le syndicat avait rejeté samedi un appel du ministre koweïtien du Pétrole par intérim, Anas Saleh, à annuler la grève pour envisager une solution négociée de la crise actuelle, selon KUNA.

Pour contrer la baisse drastique des prix du pétrole, qui pèse lourdement sur le budget de ce petit pays du Golfe, les autorités koweïtiennes ont annoncé ces derniers mois une série de mesures d'austérité.

Parmi elles, la mise en place d'une nouvelle grille de salaires s'appliquant à tous les fonctionnaires du pays, dont les quelque 20.000 employés du secteur pétrolier.

La KPC avait proposé la semaine dernière de suspendre les réductions des dépenses si le syndicat acceptait de rejoindre un comité chargé de négocier un règlement de la crise.

Le syndicat conteste aussi des projets de privatisation de certaines activités du secteur pétrolier.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.