ALGÉRIE
17/04/2016 10h:14 CET | Actualisé 17/04/2016 10h:14 CET

Le nouveau code de l'investissement "devrait aboutir" avant fin juin

Employees work in the new Renault factory in Oran, west of Algiers November 10, 2014. French carmaker Renault said on Monday it was targeting annual production capacity of 25,000 vehicles at a new plant in Oran, Algeria, and that it was considering increasing this to 75,000 vehicles. Renault, which said it was Algeria's biggest carmaker with a market share of more than 25 percent, owns 49 percent of the plant and has made an initial investment of 50 million euros ($62 million), it said in a stat
Louafi Larbi / Reuters
Employees work in the new Renault factory in Oran, west of Algiers November 10, 2014. French carmaker Renault said on Monday it was targeting annual production capacity of 25,000 vehicles at a new plant in Oran, Algeria, and that it was considering increasing this to 75,000 vehicles. Renault, which said it was Algeria's biggest carmaker with a market share of more than 25 percent, owns 49 percent of the plant and has made an initial investment of 50 million euros ($62 million), it said in a stat

Le projet de code de l’investissement devrait aboutir avant juin prochain selon le ministre de l’Industrie et des mines, Abdessalam Bouchouareb.

A en croire la même source, ce texte est en cours d’examen par l’Assemblée populaire nationale (APN). Ce nouveau code de l’investissement et ses nouvelles mesures pour attirer les investissements devront aboutir durant le premier semestre 2016", a affirmé M. Bouchouareb lors de l’ouverture du premier forum d’affaires algéro-émirati tenu dimanche à Abu Dhabi.

Cette refonte du cadre juridique régissant l’investissement en Algérie s’inscrit dans le cadre de "la politique du gouvernement à diversifier l’économie nationale" et réduire les importations.

Le ministre avait présenté, début avril en cours, le projet de révision de la loi sur l’investissement devant la Commission des affaires économiques de l’APN.

Des textes devront également être promulgués, notamment ceux portant sur les modalités d'application de certaines mesures ne pouvant être incluses dans ce code telles des dispositions des lois de finances ou des recommandations du Doing Business pour améliorer le climat des affaires, explique la même source.

A titre d’exemple, il s'agit d’introduire des dispositions "facilitant le financement des PME, de stimuler leur compétitivité, de développer l’activité de la sous-traitance et d’adapter les politiques de la formation professionnelle".

Annoncé depuis l’été 2014, ce projet de code de l'investissement devrait apporter plusieurs facilitations pour encourager l’industrie nationale en améliorant le climat des affaires.

Il portera sur la simplification des procédures, l'adéquation entre le système d’incitations et la politique économique, l'ajustement du cadre de régulation des Investissements directs étrangers (IDE) et la révision du statut et des missions de l'Agence nationale de développement de l'investissement (ANDI).

A propos des IDE, rappelons qu'un recul de près de 19% en valeur par rapport à 2013 a été enregistré en Algérie, selon le rapport "EY’s attractiveness survey Africa 2015", réalisé par le cabinet international Ernst and Young (EY).

L'Algérie a drainé seulement 2 milliards de dollars d'investissements directs.

L’actuelle loi sur l’investissement a été promulguée en 2001 et a été modifiée une douzaine de fois.

LIRE AUSSI: Les IDE reculent en Algérie et en Tunisie mais augmentent au Maroc et en Egypte (Ernst and Young)

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.