ALGÉRIE
16/04/2016 08h:06 CET | Actualisé 16/04/2016 08h:20 CET

Tweet de Manuel Valls : Ouyahia accuse des algériens d'être les relais d'un "groupe haineux en France"

Ahmed Ouyahia (archives)
Louafi Larbi / Reuters
Ahmed Ouyahia (archives)

Le président Abdelaziz Bouteflika a été élu et il accomplira son mandat jusqu'au bout a martelé samedi Ahmed Ouyahia en dénonçant, comme le FCE, l'UGTA et Louisa Hanoune, dans la diffusion de l'image du président par un tweet de Manuel Valls et son "exploitation" un "complot" ourdi en France et relayé par des "agents" en Algérie.

Le secrétaire général par intérim du RND et chef de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika a réitéré ses accusations contre une "partie de l'opposition" de se mettre au service de "voix haineuses à l'étranger"

En févier a-t-il affirmé, des rencontres dans des "laboratoires en France" ont multiplié des pronostics sombres sur l'Algérie, son effondrement et sur l'afflux de réfugiés… Ces sombres pronostics leurs ont été servis à partir de l’d’Algérie, par leurs relais ici. Il y a une coordination entre des gens la bas et ici".

"L’exploitation de la photo du président Bouteflika" confirme selon lui ce qu’il a déjà dit. Il s’agit, dit-il d’une "manœuvre préparée à Paris et portée (par des relais) en Algérie".

"La France officielle sait que l'Algérie est indépendante depuis 1962. Si elle veut un partenariat, elle se base sur trois règles : le respect mutuel, des intérêts complémentaires et le service des peuples. Je ne dirais pas davantage sur cet aspect".

Ils n'ont pas admis qu'on ne donne pas certains contrats

"Quant à la manœuvre, elle vient d'une catégorie de gens haineux en France, un groupe qui jusqu'en 2300 n’admettra toujours pas l'indépendance de l'Algérie". " Ils ne veulent pas admettre que l’Algérie de papa, c’est fini ! ", a-t-il ajouté en français.

"Ce groupe haineux n'a pas admis trois choses dernièrement : que l'Algérie diverge avec leur pays dans la défense de ses intérêts dans la région. Il n’admet pas que l'Algérie proteste et dénonce contre l'atteinte à ses institutions, rappelez-vous, le journal Le Monde. Plus que cela, ce groupe n'admet pas que l'Algérie a des raisons de ne pas accorder certains contrats économiques".

En Algérie, selon lui, un groupe a "relayé" le travail en "exploitant l'image" du président et en évoquant l'article 88. Le peuple algérien sait que le président n'a pas la santé de 1999, il aurait pu ne pas reçu le premier ministre français car il n'était pas dans un bon jour. Mais il l’a reçu" a-t-il ajouté.

Les médias français ont oublié que certains de leurs responsables dormaient dans une réunion officielle dans une allusion à Laurent Fabius, a indiqué Ahmed Ouyahia en dénonçant une acte "abjecte". Mais, a-t-il ajouté, "nous dénonçons encore plus le comportement des relais ici" en citant des journaux qui ont titré sur "l'humiliation de l'Algérie".

Le lobby de l'argent sale

"Le temps des manœuvres est terminé" a-t-il ajouté en dénonçant des algériens dont le "registre de commerce est de servir l'étranger" et ''s'enferme dans des salons et dans des sites électroniques".

Le "lobby de l'argent sale" commence à créer des "monopoles de presse" a-t-il ajouté en agitant la menace "d'ouvrir les dossiers... Ils se noieront en mer". "Le président a été élu par le peuple pour accomplir son mandat, pleinement, avec l'aide de Dieu" a-t-il martelé.

Pour rappel,Le syndicat UGTA (Union générale des travailleurs algériens et l'organisation patronale FCE (Forum des chefs d'entreprises) ont dénoncé vendredi une campagne "malveillante et fallacieuse" déclenchée en France, selon eux, contre les institutions algériennes.

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), a accusé Manuel Valls d'avoir commis en diffusant le tweet avec l'image du président une "agression délibérée" et une "provocation insupportable" car il n’a pas "obtenu ce qu’il voulait"

LIRE AUSSI : De la "une" du Monde au tweet de Valls : l'UGTA et le FCE pointent une "tentative de déstabilisation de l'Algérie"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.