MAROC
16/04/2016 10h:54 CET | Actualisé 16/04/2016 10h:58 CET

Le Festival dédié au street-art Jidar revient à Rabat

Rabat s'apprête à recevoir la seconde édition de son festival de street-art
FNM/Eac L'Boulevart
Rabat s'apprête à recevoir la seconde édition de son festival de street-art

STREET-ART - Après une première édition qui a permis à une dizaine de street artistes de laisser libre cours à leur imagination sur les murs de la capitale, le Festival Jidar, organisé par l'association EAC L'Boulevart et la Fondation nationale des musées, revient pour une deuxième édition du 22 avril au 1er mai.

23 artistes, issus du Maroc et d'ailleurs, participeront à cette édition qui confirme la place que s'est frayé le street-art dans les musées. Du côté marocain, Normal, connu pour sa participation à Sbagha Bagha à Casablanca et la caravane du street-art à Youssoufia, sera de la partie. Yassine Balbzioui, dont le style est fortement influencé par le courant expressionniste a également répondu à l'appel. A ceux-là s'ajoutent Ed Oner, Machima, Kalamour et Mohamed Said Chair.

Côté international, l'Egyptien Ammar Abo Bakr, dont les fresques sont reconnues pour leur engagement politique, est également convié. Abo Bakr s'était notamment fait connaitre par ses fresques peintes aux abords de la place Tahrir, pendant la révolution égyptienne.

L'Italien Peeta, le Mexicain Saner, l'Allemand Case Maclaim ou encore l'Espagnol Okuda participeront également à l'événement qui prévoit conférences, résidences artistiques et projections de films.

Une photo publiée par peeta_ead (@peeta_ead) le

Jeudi 24 avril sera organisée une rencontre avec Timid. Ce photographe passionné par l'architecture "en décomposition" a travaillé sur la relation entre les street artistes et les bâtiments en ruine. Il a notamment réalisé deux films sur des chantiers de street-art réalisés par le collectif Agents of Change au Royaume-Uni.

Le lendemain, une conférence et table ronde autour de l'évolution de la subculture graffiti aura lieu, s'en suivra, le lendemain, une performance live, en musique et peinture, par le jeune artiste marocain Balbzioui. Le même jour sera projeté le documentaire mythique Style Wars, sorti en 1983, et qui raconte l'histoire "d'une jeunesse new-yorkaise du début des années 80, en pleine effervescence créatrice".

En 2015, un groupe de street artistes a pris d'assaut les façades aveugles de Rabat. Des signatures internationales ont peint leurs fresques monumentales sur des façades aux abords des grandes artères de la ville. On se souvient notamment du mur de Maya Hayuk sur l'avenue El Alaouiyine ou encore la fresque monumentale de Pixel Pancho au quartier Hassan. Le Marocain Simo Mouhim avait, pour sa part, animé la place Bab El Had de personnages dessinés dans des teintes de gris.

LIRE AUSSI:À El Youssoufia, les murs se parent des couleurs du street art