MAROC
14/04/2016 14h:27 CET | Actualisé 14/04/2016 14h:29 CET

Le Maroc signe le second compact du Millenium Challenge

le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane en compagnie de Dana Hyde, la présidente directrice-générale de la Millenium Challenge Corporation (MCC)
MAP Photo
le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane en compagnie de Dana Hyde, la présidente directrice-générale de la Millenium Challenge Corporation (MCC)

DÉVELOPPEMENT - Le Maroc et la Millenium Challenge Corporation (MCC) ont signé, ce jeudi 14 avril à Rabat, le deuxième programme de coopération (Compact II) d'un montant de 450 millions de dollars.

La cérémonie, qui s'est tenue au siège du ministère Affaires étrangères, a vu la conclusion d'une déclaration commune portant sur la mise en œuvre de ce deuxième programme. La déclaration a été conclue par le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, et la présidente directrice-générale de la MCC, Dana Hyde, lors d'une cérémonie qui s'est tenue au siège du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

Intervenant à cette occasion, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a signalé que l'importance de ce programme ne réside pas uniquement dans le montant alloué, mais surtout dans la qualité des projets structurants ciblés et la pertinence de l'approche et des mécanismes adoptés, en termes d'élaboration, d'exécution, de suivi et d'évaluation.

Il s'est aussi félicité de l'éligibilité du Maroc à ce Compact II, qui conforte les réalisations accomplies par le Maroc dans plusieurs domaines, notamment la bonne gouvernance, la libéralisation économique et l'investissement dans le capital humain, les critères-clé retenus par la MCC.

Ce programme, qui a mobilisé 450 millions de dollars de la MCC, ainsi qu'une contribution du gouvernement marocain, de l'ordre de 67,5 millions de dollars, financera, sur une période de cinq ans, deux projets: "Education et formation pour l'employabilité" et "Productivité du foncier". L'exécution des projets sera confiée à un établissement public marocain qui sera créé à cet effet.

100 collèges et lycées concernés

Le projet "Education et formation pour l'employabilité", qui mobilisera 220 millions de dollars, a pour objectif d'améliorer l'employabilité des jeunes à travers l'amélioration de la qualité et de l'égalité d'accès à l'enseignement secondaire et à la formation professionnelle, afin de répondre aux besoins du secteur privé.

Pour cela, un modèle d'amélioration des établissements de l'enseignement secondaire sera déployé dans près de 100 collèges et lycées, répartis sur les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fès-Meknès et Marrakech-Safi. Ces régions ont été choisies selon un ciblage fondé sur les besoins en termes d'éducation, les indicateurs de pauvreté, ainsi que sur les opportunités économiques et d'emplois offertes.

Chaque établissement cible bénéficiera, dans le cadre d'une approche contractuelle, d'un appui intégré qui portera sur le renforcement de l'autonomie de gestion administrative et financière des établissements, la promotion d'une pédagogie centrée sur l'élève et l'amélioration de l'environnement physique des apprentissages par des réhabilitations adéquates de l'infrastructure, ainsi que par la fourniture d'équipements nécessaires à l'innovation pédagogique.

Lever les contraintes d'accès au foncier

Doté d'un budget de 170,5 millions de dollars, le projet "Productivité du foncier" vise l'accroissement de la productivité du foncier, aussi bien rural qu'industriel, et de l'investissement privé.

Il vise notamment à lever la contrainte d'accès au foncier, en introduisant une nouvelle approche en matière de développement et de revitalisation des parcs industriels, tirée par la demande et privilégiant le partenariat public privé (PPP). Pour ce faire, il sera procédé à un ensemble de réformes touchant à la fois les aspects institutionnel et juridique.

En outre, deux projets de revitalisation et deux autres projets de création de zones industrielles seront réalisés selon la nouvelle approche. Les sites devant abriter ces zones sont identifiés sur la base d'un ensemble de critères, dont les plus importants sont la demande, l'impact économique, la viabilité financière, la surface mobilisable et l'absence de risques majeurs.

Une nouvelle génération de zones industrielles

En plus des zones pilotes financées par MCC, il sera procédé à la mise en place d'un fonds de promotion d'une nouvelle génération de zones industrielles. Ce fonds, qui sera mis en place conjointement avec le ministère de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, permettra de soutenir d'autres initiatives privées ou publiques favorisant le nouveau modèle de gouvernance des zones industrielles. Un centre d'expertise pour le développement du foncier industriel sera aussi mis en place, et sera appelé à appuyer le gouvernement dans la mise en œuvre de cette nouvelle approche.

Outre les zones industrielles, le projet "Productivité du foncier" concernera aussi le rural, afin de faire face à la problématique du déficit de productivité du foncier rural, imputable en partie à une valorisation insuffisante de la superficie agricole utile. Les terres collectives, particulièrement concernées par cette problématique, couvrent environ 327.000 hectares et ne sont que partiellement valorisées du fait, notamment, de l'insécurité de la propriété foncière, qui n'incite pas à l'investissement et à la modernisation des activités agricoles.

Dans ce sens, l'activité "Foncier rural" portant sur les terres collectives consiste en la transformation de la propriété des terres collectives en propriétés individuelles, de façon à garantir aux exploitants de ces terres les conditions de sécurité et de stabilité nécessaires au développement des investissements et à la dynamisation du marché foncier.

Pour ce faire, il sera procédé à l'élaboration d'une nouvelle procédure efficiente et optimisée en termes de coût et de délai pour la melkisation des terres collectives situées dans les périmètres d'irrigation. Cette nouvelle procédure sera appliquée à titre pilote sur près de 46.000 hectares au niveau de la région du Gharb. Par la suite, sur la base de l'évaluation des résultats de cette expérience-pilote, ce modèle pourrait être étendu à l'ensemble des terres collectives situées dans les périmètres d'irrigation.

Une stratégie foncière globale

Le projet "Productivité du foncier" aura aussi un volet relatif à la gouvernance du foncier, qui consistera en l'appui du gouvernement dans l'élaboration d'une stratégie nationale foncière globale et d'un plan d'action pour sa mise en oeuvre, dans le but de mieux articuler l'action des différents gestionnaires et intervenants dans ce domaine. L'objectif escompté est d'assurer la dynamisation du marché foncier en s'appuyant sur la facilitation de l'accès des investisseurs au foncier, la modernisation de l'arsenal juridique régissant le secteur foncier et la simplification des procédures de mobilisation du foncier.

LIRE AUSSI:Le deuxième Compact du Millenium Challenge lancé jeudi

Galerie photoLes produits du terroir marocain Voyez les images