MAROC
14/04/2016 13h:20 CET | Actualisé 14/04/2016 13h:20 CET

Listes nationales: Des femmes parlementaires réclament un second mandat

DR

ÉLECTIONS - Des femmes parlementaires se mobilisent pour pouvoir briguer un second mandat sur les listes nationales. Alors que les lois électorales ne leur permettent pas de se porter candidates pour un deuxième mandat parlementaire au titre de la liste des femmes, elles souhaitent que ces lois soient amendées pour leur permettre de se faire réélire sur cette liste.

Créée en 2011, la liste nationale des femmes réserve 60 sièges au parlement aux députées de sexe féminin, qui sont élues "au titre d’une circonscription électorale nationale créée à l'échelle du territoire du Royaume", selon l'article premier de la loi organique relative à la Chambre des représentants.

Seulement, les lois électorales prévoient que les femmes élues sur liste nationale ne peuvent se faire réélire sur ces mêmes listes. Comme le dispose l'article 5 de la loi sur la Chambre des représentants, "est inéligible à la Chambre des représentants, dans le cadre de la circonscription électorale nationale, toute personne ayant été élue à la chambre précitée au titre de ladite circonscription électorale." Pour avoir une chance de briguer un second mandat parlementaire, les députées élues sur liste nationale devront donc disputer les élections au titre des circonscriptions locales.

Cette mesure, inclue pour garantir un renouvellement des élites parlementaires, déplaît à certaines parlementaires, qui la considèrent injustifiée. Selon le journal en ligne Alyaoum24.com, les parlementaires du groupe pour la parité et l'égalité ont rencontré le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) Nabil Benabdellah, mercredi 13 avril, afin de lui proposer de défendre un amendement de la loi sur la Chambre des représentants, dans le but d'abolir la limitation de mandat sur les listes nationales.

Toujours selon Alyaoum24, le secrétaire général du PPS n'a pas rallié leur cause, et leur a recommandé de faire pression sur les responsables de leurs partis respectifs afin qu'elles puissent se porter candidates dans les circonscriptions locales.

LIRE AUSSI: