MAROC
14/04/2016 08h:27 CET | Actualisé 14/04/2016 08h:46 CET

Enseignants stagiaires: Vers une résolution définitive du dossier

Enseignants stagiaires: Enfin la solution
DR
Enseignants stagiaires: Enfin la solution

ÉDUCATION - Les négociations auront duré près de cinq heures. Mercredi 13 avril au siège de la wilaya de Rabat-Salé-Kénitra, les enseignants stagiaires ont pu trouver un compromis avec le gouvernement, et se sont mis d'accord sur une poursuite du dialogue.

Après plusieurs mois de tension, un accord est venu mettre fin à ce qui risquait de se transformer en véritable crise sociale. À l'issue d'une rencontre avec le wali de Rabat, à laquelle ont été présents, outre les enseignants stagiaires, des représentants de différents syndicats ainsi que de l'Initiative de la société civile pour les enseignants stagiaires, les parties prenantes sont parvenues à un terrain d'entente basé sur les propositions de l'Initiative de la société civile, et qui se résume en trois points: suspendre la manifestation prévue jeudi 14 avril; créer une commission technique incluant des représentants des ministères de l'Education, des Finances et de la Fonction publique, ainsi que des syndicats et des représentants de l'Initiative civile pour les enseignants stagiaires, dont la mission sera d'accompagner la mise en oeuvre du recrutement des enseignants stagiaires. Puis l'engagement des enseignants stagiaires à respecter les décisions de cette commission et à reprendre leur cours.

À 21H50, le comité de négociation des enseignants stagiaires était toujours devant le siège de la wilaya, et les discussions allaient bon train sur ce qui allait suivre. "Le dossier n'est pas clos, mais il y a des avancées. C'est pour cela que nous avons décidé de poursuivre le dialogue", a déclaré au HuffPost Maroc l'un des principaux coordinateurs du mouvement des enseignants stagiaires.

Quelques minutes plus tard, ils quittent les lieux pour aller à la rencontre de leurs bases, à qui "nous exposerons un bilan d'étape, puis déciderons de ce que nous entreprendrons par la suite", ajoute notre interlocuteur. De fait, les réunions entre enseignants stagiaires se sont poursuivies tard dans la soirée du mercredi 13 avril, ainsi que dans la matinée du 14.

Langage prudent

Du côté du gouvernement, on préfère ne pas faire de déclaration afin de "laisser les choses suivre leur cours." Néanmoins, les sources contactées par le HuffPost Maroc ne cachent pas leur soulagement. "Si les choses étaient allées dans l'autre sens, celui d'un durcissement de la position des enseignants stagiaires, nous nous serions retrouvés face à un grand problème", confie une source gouvernementale, qui considère qu'il y avait "de réels risques de tensions". D'où le désir du gouvernement de résoudre la crise dans les plus proches délais.

Les enseignants stagiaires contactés par le HuffPost Maroc se sont montrés tout aussi confiants, et ont confié que la feuille de route de l'Initiative de la société civile offrira une plateforme de négociation raisonnable, "qui ouvre la voie à un compromis qui ne défavorise ni notre mouvement, ni le gouvernement."

La proposition soumise par l'Initiative de la société civile, qui a obtenu aussi bien l'approbation des enseignants stagiaires que du gouvernement, prévoit d'employer directement les 10.000 enseignants stagiaires à partir de janvier 2017, si ceux-ci regagnent les cours afin de poursuivre leur formation.

Une crise qui dire depuis octobre

À l'origine de la crise, deux décrets déposés début octobre par le ministère de l'Education, décrets qui suspendent l'emploi direct des enseignants stagiaires dans l'enseignement public après leur passage au CRMEF, et qui réduisent de moitié leur bourse (de 2.450 dirhams à 1.200 dirhams). Si, initialement, les enseignants stagiaires demandaient l'annulation pure et simple des deux décrets, ils ont, par la suite, accepté toute solution qui irait dans le sens de leur emploi direct dans l'enseignement public.

LIRE AUSSI:

Galerie photoLes enseignants stagiaires manifestent à Rabat (24 janvier 2015) Voyez les images