MAROC
14/04/2016 14h:36 CET

Comment la popularité de Dounia Boutazout a pris un sacré coup

Comment la popularité de Dounia Boutazout a pris un sacré coup
Febrayer
Comment la popularité de Dounia Boutazout a pris un sacré coup

FAIT-DIVERS - Tout a commencé le 12 avril, lorsque plusieurs médias arabophones ont relayé l'information selon laquelle l'actrice marocaine Dounia Boutazout s'est fait agresser dans une administration à Casablanca. "La vérité sur l'agression sauvage qu'a subie Dounia Boutazout", a d'abord titré le site d'information Akhbarona, photos à l'appui.

Suite à cela, un mouvement de solidarité avec celle qui a incarné Chaâbia dans la mini-série "L'couple" est né sur les réseaux sociaux, dénonçant "les actes barbares" subis par l'actrice. Mais il a été de courte durée.

Selon ce témoignage d'une amie de la jeune femme qui a asséné un coup de tête à Dounia Boutazout, lui provoquant une double fracture au nez, l'actrice "n'a pas respecté la queue, profitant de son statut de star du petit écran". Un événement qui n'aurait pas été du goût de la femme impliquée dans l'agression de l'actrice, et qui serait actuellement en détention provisoire.

Celle-ci aurait adressé une remarque désobligeante à la partenaire de Hassan El Fad au petit écran, ce qui aurait mené Dounia Boutazout à lui asséner une claque. Une dispute a éclaté et l'actrice en est ressortie blessée.

La mise en cause, qui s'appelle Khaoula, est une jeune étudiante de 20 ans, militante associative connue du quartier Attacharouk, selon des témoignages diffusés sur les réseaux sociaux. Celle-ci est devenue pour les internautes le symbole de leur refus des passe-droits, encore très fréquents dans les administrations marocaines.

Les commentaires d'une interview vidéo publiée par le site Febrayer sont unanimement négatifs. "Tu es actrice même sur un lit d'hôpital", "Ta popularité en prend un sérieux coup", "Que Dieu aggrave ta situation". D'autres préfèrent jouer la carte de l'humour et parodier l'actrice en la faisant passer pour une citoyenne qui ne respecte pas les règles de bonne conduite.

La même chaîne a publié un micro-trottoir autour du sujet. Les citoyens y appellent l'actrice à respecter la loi parce qu'elle est "une citoyenne comme les autres". Ils lui demandent d'ailleurs de "retirer sa plainte contre Khaoula", parce que Boutazout a promis d'aller jusqu'au bout de la procédure judiciaire. Des mouvements appelant à abandonner les charges retenues contre la jeune fille ont fleuri sur les réseaux sociaux. Et finalement, celle qui a agressé l'actrice a recueilli plus de soutiens sur le web que la victime.

Même des journalistes s'en mêlent, puisque Rachid El Idrissi a profité de son émission sur Radio Aswat pour demander à l'actrice de pardonner la jeune fille. Le fera-t-elle pour autant? Rien n'est sûr. Ce qui l'est, en revanche, c'est que la popularité de l'actrice en a pris un coup.