ALGÉRIE
14/04/2016 06h:59 CET | Actualisé 14/04/2016 06h:59 CET

Création prochaine d'un service central des empreintes génétiques

An official scans migrant's fingerprints during a registration in the first registration camp of Erding near Munich, Germany, January 27, 2016.  REUTERS/Michaela Rehle  TPX IMAGES OF THE DAY
Michaela Rehle / Reuters
An official scans migrant's fingerprints during a registration in the first registration camp of Erding near Munich, Germany, January 27, 2016. REUTERS/Michaela Rehle TPX IMAGES OF THE DAY

Un service central de l'empreinte génétique chargé de la création et la conversation de bases de données des empreintes génétiques sera créé, a annoncé hier le ministre de la Justice, garde des sceaux Tayeb Louh, relayé par l'APS.

Le responsable du ministère de la Justice a précisé que ce centre sera placé sous la supervision d'un magistrat. Il a rappelé que deux services chargé de missions semblables sont déjà sous le contrôle des services de la Gendarmerie nationale et la Sûreté nationale.

A l'Assemblée populaire nationale (APN), où il a présenté le projet de loi relatif à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les enquêtes judiciaires, Tayeb Louh a expliqué que ce service sera doté d'une base de données des empreintes des suspects poursuivis pénalement, des personnes accusées d'agressions contre des enfants, des personnes décédées non identifiée, des disparus et autres.

Les empreintes génétiques seront aussi utilisées au titre de preuve devant la justice, qui peut systématiquement ou à la demande de la police judiciaire, ordonner le prélèvement d'échantillons biologiques pour analyse", rajoute la même source.

Dans son rapport préliminaire, la commission des affaires juridiques et administratives et des libertés a souligné que "l'Algérie compte parmi les pays qui ont adopté ces techniques scientifiques depuis des années".

Elle a souligné que le projet de loi tend à "éviter le recours abusif à l'empreinte génétique, tout en tenant compte de la spécificité de notre société, des droits et des libertés des individus".

Le projet de loi relatif à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires et l'identification des personnes vient "aussi combler le vide juridique constaté dans ce domaine". M. Louh avait souligné la nécessité de l'élaboration d'un texte juridique pour encadrer ces opérations.

Ce texte vise par ailleurs à définir les règles d'utilisation de cette technique en se basant sur de nombreux principes dont "la protection de la vie privée, la sauvegarde de la sécurité et la protection de la société de toutes les formes de criminalité.

LIRE AUSSI: Un organe de surveillance d'internet voit le jour

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.