ALGÉRIE
12/04/2016 07h:05 CET | Actualisé 12/04/2016 07h:05 CET

Condamné à la prison ferme pour "atteinte au prophète", le journaliste Mohamed Chargui relaxé par la Cour d'appel d'Oran

DR

Le journaliste Mohamed Chergui, poursuivi en justice par la direction du quotidien "El Djoumhouria" suite à la publication dans ses colonnes d'un article jugé offensant à l'islam, a été relaxé lundi par la Cour d'Oran, a rapporté ce mardi 12 avril le Quotidien d'Oran.

Mohamed Chergui a été déclaré innocent en vertu de l'arrêt rendu par la Cour d'appel d'Oran.

Il avait été licencié et arrêté en 2014 suite à une plainte déposée contre lui par la direction du journal arabophone "El-Djoumhouria". Le journaliste, alors responsable d'une rubrique intitulée "Islamiate" de ce quotidien, a publié un article jugé offensant au prophète (QSSL) et à l'islam.

Il avait repris l'article d'un chercheur européen sur les expressions coraniques qui a été considéré par la direction du journal comme une "atteinte" au prophète.

M. Chergui, qui a été condamné en première instance en février 2015 à une peine de trois ans de prison ferme et une amende de 200.000 dinars par le tribunal pénal d'Oran, a fait opposition de ce jugement, rappelle la même source. Il a été rejugé en novembre 2015, où sa peine a été réduite à une année de prison avec sursis, avant d'être relaxé ce lundi 11 avril par la Cour d'appel d'Oran.

Réagissant à sa relaxation, il a indiqué que "l'arrêt rendu par la Cour d'appel me rend heureux mais ne me surprend pas, car j'ai toujours eu confiance en la justice de mon pays".

LIRE AUSSI: Condamné à la prison ferme pour "atteinte au prophète", le journaliste Mohamed Chergui a fait appel

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.