TUNISIE
12/04/2016 12h:24 CET

Le chef de la diplomatie italienne tend la main à la Libye

LIBYE - L'Italie a mis fin mardi à l'isolement international de la Libye en dépêchant à Tripoli son chef de la diplomatie, premier haut responsable occidental à s'y rendre depuis les violences de l'été 2014.

Paolo Gentiloni est resté trois heures dans la capitale libyenne, où il a été reçu par le chef du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj.

"L'Italie soutient le gouvernement d'union nationale et son conseil présidentiel parce que cela préparera le terrain à la stabilisation de la Libye", a déclaré le ministre italien.

L'ancienne puissance coloniale de la Libye avait été le dernier pays occidental à fermer son ambassade à Tripoli en février 2015. Elle est aujourd'hui le premier Etat européen à y envoyer un haut responsable depuis l'arrivée à Tripoli le 30 mars du gouvernement d'union formé sous l'égide de l'ONU.

Jusqu'alors, la capitale libyenne était contrôlée par une coalition de milices qui en avait pris le contrôle à l'occasion des combats de l'été 2014, qui avaient plongé le pays dans la division et le chaos.

M. Gentiloni a réaffirmé que l'Italie était prête à "coopérer" avec Tripoli dans la lutte contre la menace jihadiste, même si, a-t-il insisté, "cette mission est d'abord celle des Libyens et du gouvernement d'union".

La communauté internationale s'alarme depuis plusieurs mois de la montée en puissance du groupe Etat islamique (EI), qui s'est implanté dans la ville côtière de Syrte. Certains pays, dont l'Italie, se sont déclarés prêts à participer à une opération militaire internationale antijihadiste sur le modèle de celles engagées en Syrie et en Irak.

"Si et lorsque les autorités libyennes demanderont une aide internationale pour la sécurité, la question serait étudiée et débattue au conseil de sécurité de l'ONU", a soutenu M. Gentiloni. "Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons décider à Rome, Londres ou Washington".

En mars, M. Gentiloni avait lui même estimé que l'organisation radicale sunnite disposait de 5.000 combattants en Libye.

"Le peuple libyen et le gouvernement d'union devront prendre l'initiative de la lutte contre Daech (acronyme arabe de l'EI) et la menace jihadiste", a insisté le ministre italien, dont la visite n'avait pas été annoncée à l'avance.

Lors de sa visite, M. Gentiloni a remis des aides humanitaires médicales destinées aux hôpitaux libyens, dont trois kits sanitaires pour quelque 30.000 patients, d'une valeur de 100.000 euros.

Réunion à Tunis

Cette visite est intervenue le jour où une cinquantaine de pays et d'organisations internationales étaient réunis à Tunis pour coordonner le "soutien international" à la Libye.

Co-présidée par l'ONU et la Grande-Bretagne, cette conférence a donné l'opportunité aux représentants du gouvernement libyen de communiquer leurs priorités en matière de redressement économique.

"Nous sommes conscients du fait que le soutien populaire libyen au gouvernement d'union (...) peut ne pas durer si nous ne réussissons pas, et vite, à répondre aux besoins urgents", a averti le vice-Premier ministre Moussa al Kony.

Parmi les défis à relever, il a cité, outre la sécurité, les "services de base" comme la santé et l'électricité.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.