MAROC
11/04/2016 07h:33 CET | Actualisé 11/04/2016 09h:04 CET

Crise du secteur avicole: la FISA fait sa com' en invitant des célébrités à manger une rfissa (PHOTOS)

FISA Maroc
Crise du secteur avicole: la FISA fait sa com' en invitant des célébrités à manger une rfissa

AVICULTURE - Afin de faire taire les rumeurs sur les risques de transmission à l'homme du virus H9N2, qui a récemment touché des volailles marocaines, la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) a organisé, samedi 9 avril à Casablanca, un déjeuner (un peu) spécial. Et pour cause.

Se sont réunis, autour d'une rfissa et d'autres plats à base de poulet et d'oeufs, des dizaines de personnalités politiques, sportives ou artistiques. Un déjeuner concocté par un traiteur supervisé par le Chef El Hadi, connu pour son émission culinaire diffusée sur 2M.

Akhannouch, Lamjarred, Hervé Renard...

Les ministres de la Santé Houcine Louardi et de l'Agriculture Aziz Akhannouch se sont mis à table aux côtés de stars comme le chanteur Saad Lamjarred, l'ancien footballeur Abdelaziz Bouderbala, l'humoriste Hassan El Fad ou... le nouvel entraîneur des Lions de l'Atlas, Hervé Renard.

déjeuner fisa

Du beau monde pour faire la promotion des produits avicoles marocains, qui connaissent une crise depuis le mois de janvier et l'apparition de cas de grippe aviaire dans certaines fermes du royaume.

"Nous avons remarqué une réticence des consommateurs vis-à-vis du secteur avicole, à cause des fausses informations qui circulaient sur les réseaux sociaux", explique au HuffPost Maroc le directeur de la FISA, Chaouki Jerrari. "Nous avons donc convié plusieurs personnalités à ce déjeuner pour montrer que la viande de volaille et les oeufs étaient salubres et ne présentaient aucun danger pour l'homme".

déjeuner fisa

Un message que martèlent depuis plusieurs semaines la FISA et l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), qui tentent de contrer la baisse de consommation des produits avicoles. "L'ONSSA, en étroite collaboration et en concertation avec la FISA, suit de très près la situation sanitaire du secteur et a mis en place un plan de contrôle basé sur le renforcement de la biosécurité au niveau des élevages avicoles et sur une stratégie de vaccination des volailles", soulignaient-elles en février.

La frilosité des consommateurs vis-à-vis de ces produits pourrait en effet avoir des répercussions non négligeables sur un secteur qui enregistre un chiffre d'affaires estimé à 30 milliards de dirhams par an.

déjeuner fisa

Nouvelle hausse des prix

Concernant la hausse des prix des oeufs enregistrés ces dernières semaines, ceux-ci "sont en repli aujourd'hui, parce que la production reprend de manière normale", précise M. Jerrari. Le prix du poulet devrait néanmoins augmenter ces prochains jours. "Les effets de l'apparition du virus H9N2 il y a quelques semaines devraient se faire sentir ce mois-ci", précise-t-il.

En février, les poussins destinés à la consommation étaient moins nombreux que d'habitude suite à l'apparition de la grippe aviaire quelques semaines plus tôt. S'ils seront bien mis en vente en tant que poulets sur les marchés mi-avril, leur production revue à la baisse devrait entraîner une hausse des prix.

LIRE AUSSI:

Les produits du terroir marocain