TUNISIE
11/04/2016 12h:41 CET

Tunisie - Retour médiatique de la famille du Bey, Bourguiba jugé coupable

Une vidéo de la petite fille de Lamine Bey diffusée dans l'émission "Liman yajroo fakat" sur la chaine El Hiwar Ettounsi fait couler beaucoup d'encre.

Salwa Bey, la petite fille de Lamine Bey, dernier Bey de Tunis, a durant cette vidéo décrié la manière dont l'ancien président Habib Bourguiba avait traité son grand-père: "Ils ont fait sortir Lamine Bey, celui qui a signé l'indépendance de la Tunisie(...) et l'ont emmené dans un palais presque en ruine à la Manouba -qui plus tard deviendra la prison pour femmes- et il y a connu toutes les insultes" affirme Salwa Bey.

Revenant sur cet épisode, elle raconte une anecdote qu'elle aurait vécue à l'âge de 15 ans: "Des gens sont venus et ont pris tous les bijoux qu'on avait. Ils les ont répertoriés et les ont emmené au Palais où vivait Lamine Bey. Ils nous ont laissé un jour pour quitter les lieux. Un ministre et un commissaire sont venus (...). En sortant (du Palais), le ministre lui même m'a regardée, il a regardé mes pieds et il m'a dit 'qu'est ce que c'est que ça?' (...) cela est neuf, enlève-les!'. J'ai enlevé ce que je chaussais je suis sortie pieds nus."

Après avoir quitté le Palais, sa mère, ses frères et elle se seraient retrouvés "dans une maison sans lits, sans tables et sans chaises. "Ma mère est partie chercher des cartons de chez l'épicier, sur lesquels on s'est endormis", a-t-elle ajouté.

Selon Salwa Bey, Bourguiba aurait aussi fait suivre son père, Slaheddine Bey: "Un jour, mon père (...) est sorti pour aller à un enterrement et il n'est pas rentré (...) on nous a informé qu'il était en prison. Un certain Khelifa Gaâloul, qui était un proche de Bourguiba, a été chargé par ce dernier pour épier nos allers et venues".

Mohamed Ali Bey, arrière-petit-fils de Ezzedine Bey, a affirmé sur le même plateau, que "Il n'y a jamais eu de révoltes contre l'État Husseinite, il y a eu un coup d'État de la part de Bourguiba, un coup d'État contre la royauté".

Revenant lui aussi sur les bijoux qu'aurait volés Bourguiba à Lamine Bey, Mohamed Ali Bey, a déclaré que Wassila Ben Ammar, deuxième épouse de Bourguiba, et sa fille auraient volé la bague de Lamine Bey alors que ce dernier était à l'agonie, sur son lit de mort. Il a en outre affirmé que "tout le monde le savait" mais personne n'avait osé parler de peur "des assassinats...comme celui de Ezzedine Bey par exemple et d'autres".

Ces interventions ont fait réagir les réseaux sociaux: Entre ceux qui parlent de "crimes d'États" de Bourguiba et ceux qui dénoncent cette victimisation des Beys, deux tendances se dégagent.

capture


capture

Dans ce post, le président du comité politique du Congrès Pour la République, affirme que Bourguiba aurait obligé les familles du Bey a changé leur noms de famille, et qu'il existe aujourd'hui encore une disposition légale les empêchant de tirer leurs extraits de naissance qu'avec une autorisation spéciale.


LE CASOAR CASQUÉ…Abstraction faite sur les manœuvres du journaliste Samir Wefi et sur sa manière de conduire les dé...

Posté par Hager Daly sur dimanche 10 avril 2016

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.