ALGÉRIE
08/04/2016 16h:21 CET | Actualisé 09/04/2016 07h:17 CET

Des médias français boycottent le voyage en Algérie de Manuel Valls, qui exprime son "profond regret"

French Interior Minister Manuel Valls speaks to the press as he leaves the Elysee Palace in Paris, on October 23, 2013, after the weekly cabinet meeting.      AFP PHOTO MARTIN BUREAU        (Photo credit should read MARTIN BUREAU/AFP/Getty Images)
MARTIN BUREAU via Getty Images
French Interior Minister Manuel Valls speaks to the press as he leaves the Elysee Palace in Paris, on October 23, 2013, after the weekly cabinet meeting. AFP PHOTO MARTIN BUREAU (Photo credit should read MARTIN BUREAU/AFP/Getty Images)

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le quotidien français "Libération" a annoncé sa décision de boycotter, avec "France Culture", "France Inter" et "Le Figaro", la visite officielle de Manuel Valls samedi et dimanche en Algérie. Les chaînes "TF1", "France 2" et "France 3" ont fait savoir ce samedi matin leur intention de se joindre à ce boycott, alors que le Premier ministre français a exprimé son "profond regret".

"Cette décision de boycott est prise en solidarité avec notre confrère du Monde, privé de visa par les autorités algériennes en raison du traitement du scandale des "Panama papers" par le quotidien français, notamment les informations visant l’Algérie", a expliqué Libération dans son communiqué.

La même source a regretté ensuite que "Le Petit Journal" ait également été "privé de voyage officiel en raison d’un reportage l’an dernier sur le président algérien en marge de la visite de François Hollande".

"Par ce geste, nous entendons protester contre ce que nous considérons comme une entrave à la liberté de la presse", peut-on ainsi lire.

L'Algérie a refusé un visa à un journaliste du Monde afin de protester contre la publication d'une photo du président Abdelaziz Bouteflika le liant à tort au scandale des Panama Papers, dans lequel sont cités le ministre de l'Industrie, Abdeslam Bouchouareb et, selon des révélations du quotidien Le Monde, des proches de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil.

LIRE AUSSI:

Un visa a également été refusé à une équipe de l'émission satirique le "Petit journal" de la chaîne Canal+, qui devait également couvrir un voyage du Premier ministre français Manuel Valls.

Selon le site de la radio Europe1, ce dernier a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour plaider la cause de deux journalistes français. M. Valls a tenté, en vain, d'inverser la décision algérienne en souhaitant que "l'ensemble de la délégation de presse" l'accompagnant puisse obtenir des visas.

Manuel Valls exprime son "profond regret"

Manuel Valls a exprimé ce samedi son "profond regret" quant au refus de délivrance des visas aux journalistes français. Il a promis dans un tweet d'évoquer, "dans l'amitié et la franchise", ce problème avec les autorités algériennes.

L'Association de la presse ministérielle s'est "indignée" dans un communiqué. Elle a "demandé instamment aux autorités algériennes de réviser leur jugement contraire aux principes d'une presse libre et indépendante".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.