MAROC
08/04/2016 12h:26 CET | Actualisé 08/04/2016 13h:39 CET

Renault lance un projet géant au Maroc

Renault lance un projet géant au Maroc
AFP
Renault lance un projet géant au Maroc

INDUSTRIE - Un peu moins d'un an après l'annonce de l'implantation d'une usine Peugeot Citroën dans la zone franche de la région de Kenitra, le secteur de l'automobile au Maroc continue d'être porté par des vents favorables.

Vendredi, au palais royal à Rabat, le roi Mohammed VI a présidé la cérémonie de lancement de "l'écosystème Renault", un projet qui permettra de positionner davantage l'industrie automobile marocaine sur l'échiquier mondial.

ecosysteme

Vendredi 8 avril, au palais royal à Rabat, le roi Mohammed VI a présidé la cérémonie de lancement de l'écosystème Renault

Ce nouveau programme, qui "mobilise des investissements de l'ordre de 10 milliards de dirhams, consiste à développer une plateforme mondiale d'approvisionnement", a indiqué le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy à l'issue de la cérémonie. Et d'ajouter que "ce projet générera un chiffre d'affaires additionnel de 20 milliards dirhams par an, triplant ainsi le montant des achats par le constructeur Renault de pièces fabriquées sur le territoire marocain".

Sur le front de l'emploi, cet écosystème permettra de tripler les emplois générés par Renault, en en créant 50.000 permanents. La formation des nouveaux cadres sera, elle, "assurée par les dispositifs déjà éprouvés dont dispose le secteur automobile", a indiqué MHE.

Avec un tel niveau d'intégration, nous atteindrons la taille nécessaire et tant attendue par plusieurs équipementiers

Le taux d'intégration locale devait passer à 65%. "Avec un tel niveau d'intégration, nous atteindrons la taille nécessaire et tant attendue par plusieurs équipementiers, pour s'installer sur le territoire national", se félicite le ministre de l'Industrie.

"Nous démarrerons dès aujourd'hui, à Tanger, l'opérationnalisation de ce projet, par la tenue de la convention 'Equipementiers Renault' qui regroupera plus de 600 personnes", a annoncé le ministre.

Une progression dans le secteur automobile

Mettant en exergue l'impact positif du Plan d'accélération industrielle et de la restructuration du secteur industriel en écosystèmes performants et inclusifs, M. Moulay Hafid Elalamy a noté que le Royaume a pu, grâce à cette stratégie industrielle, intégré en un temps record le cercle fermé des 31 pays producteurs et exportateurs de moteurs.

Les écosystèmes automobiles ancrent davantage le secteur de l'industrie dans l'économie du royaume

"Les écosystèmes automobiles ancrent davantage le secteur de l'industrie dans l'économie du royaume, comme ils permettront de doubler, à l'horizon 2020, les emplois, pour les porter à plus de 160.000, ainsi que les exportations automobiles qui atteindront plus de 100 milliards de dirhams par an", a assuré MHE. De son côté, Bernard Cambier, directeur des opérations de la région Afrique-Moyen Orient-Inde du groupe Renault, estime qu'à travers le projet Ecosystème Renault, "le groupe français a pour enjeu de créer les conditions de notre accélération industrielle et commerciale dans le royaume."

Revenant sur le secteur de la formation dans le secteur automobile au Maroc, via la réalisation des instituts de formation en métiers de l'industrie automobile, Bernard Cambier a estimé que "ces atouts permettent au Maroc de figurer parmi les pays qui ont le plus progressé dans le domaine de la qualité de fabrication industrielle. La qualité des produits Made in Morocco est aujourd'hui reconnu dans notre groupe. Un des enjeux de l'écosystème sera de poursuivre les progrès entamés dans ce domaine et de viser l'excellence".

Les perspectives de développement sont importantes

Pour tous les acteurs de l'écosystème Renault, les perspectives de développement sont importantes: elles s'appuient sur la dynamique du marché marocain et la croissance de l'export mais aussi sur le développement de la base ibérique avec les usines de Renault et de Nissan qui produisent des véhicules à succès, a-t-il poursuivi.

Je voudrais aussi mentionner nos perspectives de développement en Afrique subsaharienne, qui peuvent offrir de très belles opportunités pour notre base industrielle de Tanger

"Je voudrais aussi mentionner nos perspectives de développement en Afrique subsaharienne, qui peuvent offrir de très belles opportunités pour notre base industrielle de Tanger. Sans compter d'autres pistes de développement de la base marocaine dans des domaines aussi variés que les pièces de rechange, la filière d'outilleur, l'ingénierie à couts compétitifs ou encore la fourniture de biens d'équipement", a déclaré M. Cambier.

En tout, trois conventions ont été signées. La première est une convention-cadre relative à la mise en place de l'écosystème Renault, la deuxième concerne le foncier industriel, tandis que la troisième porte sur la formation des cadres et la formation professionnelle dans le secteur de l'automobile.

LIRE AUSSI:

Galerie photoLes dix voitures les plus vendues au Maroc en 2015 Voyez les images