MAROC
07/04/2016 13h:24 CET

La procréation médicalement assistée désormais mieux encadrée au Maroc

La procréation médicalement assistée désormais mieux encadrée au Maroc
WALTER ZERLA
La procréation médicalement assistée désormais mieux encadrée au Maroc

PROCRÉATION - Un pas a été franchi dans le combat pour encadrer la procréation médicalement assistée (PMA) au Maroc. Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a adopté le projet de loi N°14-47 relatif à la PMA.

Présenté par le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, ce projet vise à renforcer l'arsenal juridique national dans le domaine des sciences médicales et des techniques biomédicales, et combler le vide juridique en matière de pratiques relatives à la procréation médicalement assistée, a indiqué le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, dans un communiqué lu à l'issue de ce Conseil.

Ce projet de loi vise aussi à définir les principes généraux régissant la PMA, tels que "le respect de la dignité des personnes et la préservation de leur vie, de leur sécurité physique et morale et de leur vie privée", a ajouté le ministre.

Le texte a également pour objectifs le respect des données personnelles, la pénalisation des pratiques constituant une atteinte à la dignité humaine ou la sécurité de l'Homme et la définition des conditions de la pratique de la procréation médicalement assistée.

Les établissements doivent être accrédités

Sur ce dernier point, il s'agit notamment d'obliger les établissements de santé, les centres privés et les professionnels de disposer d'une accréditation pour pouvoir pratiquer les techniques de la PMA selon des normes prédéfinies, a noté M. El Khalfi.

Le projet limite le recours à la procréation médicalement assistée au couple marié, en vie et moyennant ses propres cellules, exige le libre consentement des deux conjoints exprimé par écrit et interdit toute technique de procréation médicalement assistée outre celle réglementée et reconnue légalement dans le royaume.

Le projet de loi prévoit aussi la mise en place d'une commission consultative de la procréation médicalement assistée et l'inspection des établissements de santé agréés pour pratiquer cette opération.

L'insémination artificielle fait partie des méthodes de procréation médicalement assistée utilisées par les couples infertiles, "lorsqu’il y a incompatibilité entre la glaire cervicale et les spermatozoïdes. Cette méthode réussit d’autant plus que la femme est jeune", indiquait au HuffPost Maroc Chafik Chraibi, professeur de gynécologie obstétrique à Rabat.

La fécondation in vitro (FIV), autre méthode de procréation pour les couples infertiles, est utilisée quand la femme a des trompes bouchées. Après stimulation des ovaires, les ovocytes sont mis in vitro avec les spermatozoïdes de l’homme. Les embryons obtenus sont ensuite placés dans l’utérus, en espérant qu’un (ou plusieurs) s’accrochent. Une opération qui un coût: entre 20 et 25.000 dirhams au total.

Aujourd'hui, on estime à environ 825.000 le nombre de personnes touchées par l'infertilité au Maroc, soit près d'un couple sur huit. Un problème de santé publique qui n’est cependant pas reconnu comme une vraie pathologie et n’est donc pas pris en charge par les assurances privées et les autorités.

LIRE AUSSI: