MAROC
07/04/2016 06h:36 CET | Actualisé 07/04/2016 06h:37 CET

Les partis de la majorité décident de dépasser le conflit opposant Boussaid au PJD

Les partis de la majorité décident de dépasser le conflit opposant Boussaid au PJD
DR
Les partis de la majorité décident de dépasser le conflit opposant Boussaid au PJD

POLITIQUE - La correspondance du ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid avec les groupes parlementaires du Parti authenticité et modernité (PAM) et l'Union socialiste des force populaires (USFP) n'engendrera pas de conflit au sein de la majorité gouvernementale. Réunis mercredi 6 avril, les chefs des partis de la majorité ont décidé d'oublier l'incident.

L'instance de la présidence de la coalition de la majorité gouvernementale, composée des dirigeants des partis composant la majorité, a tenu, dans la soirée du mercredi 6 avril, une réunion au cours de laquelle "il a été décidé de dépasser les répercussions engendrées par la question des enseignants-stagiaires, au vu de l'importance des échéances de l'étape actuelle qui requiert davantage de cohésion et de collaboration, au service des citoyens", selon un communiqué émis suite à la réunion.

En filigrane, la majorité annonce avoir décidé de passer l'éponge suite à la polémique engendrée par la correspondance entre le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid (RNI) et les groupes parlementaires du PAM et de l'USFP, concernant les enseignants stagiaires.

''Au cours de cette réunion, l'accent a été mis sur la nécessité de préserver l'esprit d'entente qui a caractérisé l'action de la majorité'', toujours selon le communiqué.

Une réponse en déphasage avec la proposition du gouvernement

Le 28 mars, les groupes parlementaires du PAM et de l'USFP à la chambre des Conseillers avaient demandé au ministre "dans quelle mesure les procédures techniques et administratives permettent-elles d'organiser un seul examen final puis de recruter les candidats en deux tranches", une à la rentrée et l'autre en janvier 2017. Dans sa réponse, Mohamed Boussaid explique qu'"un décret fixant les modalités de l'examen ainsi que la répartition des postes entre les deux années budgétaires est nécessaire". Autrement dit, l'option envisagée et acceptée par les enseignants stagiaires (et refusée par le gouvernement) d'un seul examen final reste possible.

Au lendemain de la publication, par le PAM et l'USFP, de leur correspondance avec le ministre de l'Economie et des finances concernant les enseignants stagiaires, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a qualifié d'"initiative individuelle entreprise sans concertation avec le chef du gouvernement" le courrier adressé par M. Boussaid. Des membres du Parti de la justice et du développement (PJD) sont également montés au créneau pour remettre en question la légalité et la neutralité de la réponse du ministre. Une page semble tournée.

LIRE AUSSI: