MAROC
06/04/2016 11h:54 CET | Actualisé 26/10/2016 13h:04 CET

Une société en lice pour l'organisation de la COP22 à Marrakech citée dans les "Panama Papers"

Une société en lice pour l'organisation de la COP22 à Marrakech citée dans les "Panama Papers"
Capture d'écran
Une société en lice pour l'organisation de la COP22 à Marrakech citée dans les "Panama Papers"

ÉVASION FISCALE - GL Events, à la tête du groupement d'entreprises qui devrait très certainement décrocher le budget pour l'aménagement et la gestion du village Bab Ighli, où se déroulera la COP22 à Marrakech (les autres entreprises en lice ont été disqualifiées), est citée dans l'affaire des "Panama Papers".

Cette vaste enquête menée pendant neuf mois par un consortium international de journalistes d'investigation révèle que des milliers de personnes, dont des chefs d'Etat, sportifs, milliardaires mais également des grosses entreprises ont profité du système de paradis fiscaux - au Panama mais pas seulement - pour y installer des sociétés offshore.

Selon le quotidien français Le Monde, qui fait partie du consortium qui a révélé l'affaire, plusieurs sociétés françaises dont GL Events, qualifiée de "leader européen de l’événementiel", détiennent ou ont détenu des sociétés offshore.

Cette entreprise lyonnaise a fait l'acquisition, en janvier 1997, de la société offshore Eastern Exhibition Services Limited dans les îles Vierges britanniques, selon le quotidien français, et ce afin de créer plus facilement une filiale de GL Events à Dubaï, "petit émirat pétrolier bardé de règles ultraprotectionnistes", note Le Monde.

Une filiale que n'avait pas caché la société mais qui lui permettait de "garder le contrôle de l’entité en restant majoritaire à hauteur de 100% du capital, ce que ne permettait pas ex nihilo la réglementation locale pour les étrangers", explique le directeur financier de la société au Monde. Cette filiale a permis à GL Events de décrocher l'organisation d'un certain nombre d'événements dans la capitale émiratie.

En 2014, GL Events s'est finalement "débarrassée" de cette société offshore, notamment après avoir été "prévenue trop tardivement de l’interdiction des actions au porteur dans les îles Vierges britanniques".

GL Events devrait en toute logique gérer, aux côtés de Capital Events, Agence Publics et Rahal, l'aménagement et l'équipement du site de la prochaine conférence internationale sur le climat qui se tiendra au mois de novembre à Marrakech. C'est en effet le seul groupement en lice retenu par le comité de pilotage de la COP22, qui a écarté fin mars les dossiers de deux autres groupements. Le résultat officiel de l'examen de l'appel d'offres devrait être connu le 7 avril.

LIRE AUSSI: