ALGÉRIE
05/04/2016 14h:47 CET | Actualisé 05/04/2016 14h:56 CET

Christian Gourcuff évoque les raisons de son départ: "Je n'ai plus de temps à perdre"

FC Lorient's coach Christian Gourcuff is seen before the French Ligue 1 soccer match against Stade Rennes at the Moustoir stadium in Lorient, western France, November 27, 2010. REUTERS/Stephane Mahe (FRANCE - Tags: SPORT SOCCER)
Stephane Mahe / Reuters
FC Lorient's coach Christian Gourcuff is seen before the French Ligue 1 soccer match against Stade Rennes at the Moustoir stadium in Lorient, western France, November 27, 2010. REUTERS/Stephane Mahe (FRANCE - Tags: SPORT SOCCER)

Christian Gourcuff, le désormais ex-sélectionneur de l’équipe d’Algérie de football est revenu ce mardi 5 avril, dans un entretien au quotidien sportif français L’Equipe, sur son départ et le temps qu’il a passé avec les Verts. Le technicien français indique notamment qu’il n’a "plus de temps à perdre".

L’ex-entraineur du FC Lorient a regretté ne pas avoir pu accomplir un volet important de sa mission : la formation. "Il y avait des paramètres qui ne permettent pas de le mettre en place sur le plan technique et politique », a-t-il déclaré.

La violence dans les stades, le taux élevé de turnover des entraineurs des clubs du championnat algérien et l’absence de formation dans ces derniers, autant de raison citées par Gourcuff. "Ce volet de ma mission est donc vite tombé à l’eau", a-t-il ajouté.

Résultat des courses, depuis l’automne dernier, le sélectionneur ne se rendait en Algérie que lors des trêves internationales. A raison de trois séances d’entrainement par rassemblement, Christian Gourcuff a estimé qu’il perdait son temps, lui qui a "vécu ce métier au quotidien pendant 25 ans".

"C’était donc un peu un travail à mi-temps qui ne pouvait pas me satisfaire", a-t-il estimé.

"Je quitte la fédération algérienne pour être actif"

Arrivé à la tête de la sélection algérienne durant l’été 2014 après le départ de Vahid Halilhodzic, le technicien a, comme son prédécesseur, développé une relation compliquée avec la presse.

"[…] Je ne suis pas imperméable à la bêtise. Il y a eu des trucs complètement aberrants au niveau médiatique", a-t-il martelé. Et d’ajouter: "La presse et le vice, ça compose un drôle de cocktail même si ce n’est pas spécifique à l’Algérie".

LIRE AUSSI:Gourcuff découvre, après Vahid, la presse de la rumeur "made in Algeria"

Christian Gourcuff a par ailleurs évoqué ses bonnes relations avec les joueurs et a loué leur niveau.

"Mon départ a constitué un crève-cœur. Il y avait une sensibilité partagée au niveau humain et sportif avec eux", a-t-il expliqué.

Qualifier l’Algérie à la coupe du monde 2018 a été un des objectifs du sélectionneur. Maintenant parti, il estime que les Verts ont assez de talent non seulement pour se qualifier au rendez-vous mondial, mais pour y briller.

"L’Algérie peut faire quelque chose de grand à la coupe du monde, dans deux ans", a-t-il estimé.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.