TUNISIE
04/04/2016 12h:32 CET | Actualisé 04/04/2016 15h:38 CET

Une Tunisienne de 23 ans crée un système de gestion électronique de l'éclairage public

TO GO WITH AFP STORY BY KAOUTHER LARBI
A picture taken on November 26, 2015 early in the evening shows closed restaurants on Habib Bourguiba Avenue in the centre of Tunis due to a curfew put in place since the attack against the bus transporting guards from the presidential security that killed 12 people. After nine o'clock in the evening only the Tunisian police can be seen in the deserted streets of the capital since the curfew was put in place. AFP PHOTO / FETHI BELAID / AFP / FETHI BELAID        (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)
FETHI BELAID via Getty Images
TO GO WITH AFP STORY BY KAOUTHER LARBI A picture taken on November 26, 2015 early in the evening shows closed restaurants on Habib Bourguiba Avenue in the centre of Tunis due to a curfew put in place since the attack against the bus transporting guards from the presidential security that killed 12 people. After nine o'clock in the evening only the Tunisian police can be seen in the deserted streets of the capital since the curfew was put in place. AFP PHOTO / FETHI BELAID / AFP / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

Emna Ben Ali, 23 ans, a créé une horloge astronomique permettant de gérer le réseau d'éclairage public.

Lauréate du trophée femmes entrepreneurs organisé dans le cadre du Salon de l'Entrepreneuriat, en février dernier, la jeune femme affirme au HuffPost Tunisie "ne pas comprendre un tel engouement maintenant", soit plus de deux mois après.

Chef de son entreprise, créée il y a 10 mois, des commandes pour son système de gestion affluent: "J'ai déjà des commandes de l'Institut Supérieur des Études Technologique de Radès (ISET), du gouvernorat de Ben Arous et du ministère de l'Équipement" déclare-t-elle, en espérant que son système soit généralisé sur l'ensemble du territoire.

L'horloge astronomique pour la gestion du réseau d'éclairage public se base sur des calculs astronomiques de l'heure de lever et de coucher du soleil à travers une géolocalisation automatique. En fonction, les lumières des rues tunisiennes s'allument ou se ferment automatiquement. "Tous les jours à minuit, l'horloge fait une mise à jour des heures de lever et de coucher du soleil, il n y aura donc pas d'erreur" indique Emna au HuffPost Tunisie.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.