ALGÉRIE
04/04/2016 11h:24 CET | Actualisé 11/04/2016 04h:20 CET

Empêchés de poursuivre leur marche, les enseignants vacataires entament une grève de la faim aux portes d'Alger

Facebook/Rachid Aouine

Arrivés près d'Alger, les enseignants vacataires ont été obligé d'interrompre leur "marche de la dignité". Les forces de sécurité ayant bloqué le passage à la sortie de Boudouaou, ils ont décidé d'observer un sit-in et d'entamer une grève de la faim pour réclamer leur titularisation.

Dans un communiqué parvenu aux rédactions, le CLA dont le bureau national fait partie des "marcheurs", informe ses adhérents que son Bureau national a entamé à compter d'aujourd'hui une grève de la faim.

Le ministère de l’Éducation nationale campe pour sa part sur sa position initiale. La réglementation en vigueur et les lois de la Fonction publique interdisent le recrutement direct et sans concours. La tutelle précise que l’accès aux postes d’enseignants devrait être accordé exclusivement aux sortants des Écoles normales supérieures (ENS).

Le recrutement externe par voie de concours « n’est qu’une exception au niveau de l’Éducation nationale », a insisté le ministère.

Sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, la ministre de l'Education nationale Nouria Benghebrit a réaffirmé qu'il était impossible "d’aller vers le recrutement direct sans passer par le concours".

Mme. Benghebrit a expliqué avoir demandé aux manifestants de s’inscrire au concours de recrutement de 28 000 enseignants qui se déroulera le 30 avril, en s’engageant à prendre en compte l’expérience professionnelle dans l’évaluation finale.

LIRE AUSSI: Les enseignants contractuels arrivent à Alger

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.