03/04/2016 18h:00 CET | Actualisé 06/04/2016 08h:39 CET

Casablanca Finance City, le bras tendu vers l'Afrique

Open savannah grassland at sunset, Masai Mara National Reserve, Kenya.
Mike Hill via Getty Images
Open savannah grassland at sunset, Masai Mara National Reserve, Kenya.

Casablanca Finance City, "un prolongement de la politique africaine du Maroc" ? C’est ce qu’a déclaré le patron de la plateforme financière panafricaine, Saïd Ibrahimi mercredi 30 mars à Paris en marge des rencontres économiques du monde arabe, cette fois-ci placées sous le thème du "développement des échanges économiques avec le monde arabe et l’Afrique", note Aujourd’hui le Maroc.

Et pour cause, depuis sa création en décembre 2010, Casablanca Finance City s’est peu à peu imposée en Afrique à travers l’octroi de son label à des entreprises du continent. Parmi elles, Unimer Africa, filiale du groupe marocain Unimer spécialisé dans la conserverie de poissons et les activités halieutiques, ou encore Hopscotch Systeme Africa, hub régional du groupe éponyme français opérant dans le conseil en communication, relations publiques, événement, numérique et Web social.

Dans ses rangs figure aussi Financiafrica, filiale récemment créée du cabinet financier camerounais Financia Capital, labélisée depuis février 2016. "Nous couvrirons à partir de notre bureau à Casablanca Finance City aussi bien l’Afrique francophone que l’Afrique anglophone", a indiqué dans un communiqué relayé par Jeune Afrique son président-directeur général Serge Yanic Nana.

La Banque africaine de développement (BAD) n'échappe pas non plus à CFC. La plateforme abrite en effet le fonds Africa50 de la BAD, dédié au financement de projets d’infrastructures sur le continent. "Africa50 est une solution africaine faite par les Africains pour les Africains", avait déclaré en juillet 2015 Mohamed Boussaïd, ministre de l’Économie et des finances, coopté en tant que président du conseil d’administration du fonds pour une durée d’un an, lors de l’assemblée générale constitutive du fonds.

Et d’ajouter: "Africa 50 représente pour moi la quintessence et l’esprit même de ce que le Maroc défend aujourd’hui en matière d’approche pour le développement du continent, il exprime parfaitement la volonté royale que l’Afrique fasse confiance l’Afrique".

Force est de constater que le Maroc semble mériter sa deuxième place en termes de hub financiers en Afrique, juste devant Maurice et derrière la Sud-africaine Johannesburg.

"17% des investissements marocains en Afrique proviennent d’entreprises domiciliées à CFC", a déclaré Saïd Ibrahimi en janvier dernier, lors d’une conférence-débat qui s’articulait autour du thème "Le Maroc, un hub financier", organisée à Paris par Clifford Chance, un des leaders mondiaux du droit financier, d’après Le360.ma.