TUNISIE
01/04/2016 10h:48 CET | Actualisé 02/04/2016 06h:03 CET

La pièce de théâtre "Sapiens", un air de Michel Onfray sur la scène d'El Teatro

Sofien Ben Youssef

CULTURE - La pièce de théâtre Sapiens a été jouée, hier 31 mars 2016, à l’espace El Teatro à Tunis. Elle a été écrite et interprétée par Issam Ayari, jeune banquier actif depuis près de 12 ans sur la scène théâtrale au sein d’El Teatro Studio, un atelier d’enseignement de l’art dramatique. Cette pièce a été mise en scène par Walid Ayadi et produite par Mohamed Karim Amri.

Sapiens, personnage éponyme, âgé de 45.000 ans et souffrant de tous les aléas de la vieillesse et plus encore fait, de son épopée moderne en Italie, en Allemagne, aux Etats-Unis, et même à l’époque préhistorique, le récit de l’évolution et de la contre-évolution de l’Homme. Cette thématique générale voire universelle est ponctuée, tout au long de la pièce, d’anecdotes rappelant le quotidien tunisien dans des termes puisés dans le dialecte et à travers des images à l’ancrage populaire local.

"L’idée d’écrire cette pièce m’est venue après la révolution, quand j’ai vu que nous avons perdu la raison, juste après cet acte héroïque qu’est le soulèvement de tout un peuple contre la dictature", explique Issam Ayari au HuffPost Tunisie.

Cette œuvre est construite sur un passage en revue de l’évolution de l’Homme devenant humain après avoir été singe et qui redevient singe, dans un parcours que le comédien illustre, sur un ton sarcastique, à travers des scènes de vie, des rétrospections, des réflexions. Dans cette dialectique de l’évolution et de la régression, l’homme redevenant singe est ce citoyen que Issam Ayari décrit, dans la pièce, comme un être sauvage, au volant, dans son incivisme, dans sa relation à son pays, dans son quotidien quasi machinal et répétitif et même dans sa relation non-réfléchie à Dieu.

"J’ai écrit SAPIENS en pensant que c’est une pièce absolument nécessaire par les temps qui courent. Temps des fictions, temps des désillusions, temps de la perte des repères et la perte de la raison. SAPIENS est une critique des fictions des religions, de l’argent et droits de l’Homme, mais aussi un hymne à la joie, à la nature, un retour aux sources", explique l’acteur et auteur de Sapiens.

L’injustice, la politique nationale et internationale, le rapport à l’Autre, le rapport au corps, la relation Homme-femme… les thématiques de Sapiens sont aussi nombreuses que celles de l’homo sapiens. Les pérégrinations du personnage sont ponctuées de ses expériences, de son mal-être et de son malaise dans un monde qui a changé et où le personnage central ne se retrouve plus, parmi des semblables en qui il a du mal à se reconnaître. Et qu’il entend quitter…

Interrogé quant à ses références artistiques pour ce premier texte écrit et joué par lui-même, Issam Ayari indique : « l’élément le plus influent dans l’écriture du texte est un livre que j’ai lu, il y a quelques mois : COSMOS de Michel Onfray, je reprends plusieurs thèmes de ce livre ».

Pour en avoir été inspirée, la pièce Sapiens semble être conçue, à l’image du "premier livre " d’Onfray et du résumé qu’il en donne, comme une " brève encyclopédie du monde".