MAROC
01/04/2016 06h:35 CET | Actualisé 01/04/2016 06h:35 CET

Crise de la Samir: Les créanciers de la raffinerie passent à l'attaque

Crise de la Samir: Les créanciers de la raffinerie passent à l'attaque
DR
Crise de la Samir: Les créanciers de la raffinerie passent à l'attaque

DETTE - Le bateau de la Samir n'en finit plus de sombrer. Alors que la raffinerie a été mise en liquidation judiciaire le 21 mars, ses créanciers ont entamé, dès le mois d'août dernier, "une quarantaine de saisies, conservatoires pour leur grande majorité", rapporte L'Economiste dans son édition du 1er avril.

Le Fisc, qui revendique une créance de 21 millions de dirhams, Maghrébail (237,7 millions de dirhams), le Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (au moins 8,7 millions de dirhams), ou encore la CNSS (30,2 millions de dirhams) ont lancé l'offensive afin de mettre "sous la main de la justice les biens meubles et immeubles" de leur débiteur, à savoir la Samir. La Douane "s'est emparée de plusieurs résidences à Casablanca et Marrakech", indique le quotidien économique.

Cette procédure donne une garantie aux créanciers avant que ne soit prononcé le jugement condamnant la Samir à payer sa créance. "Le pic des saisies (11 sur 36) a été atteint entre le 4 et le 16 mars, soit à quelques jours seulement du prononcé du jugement de liquidation judiciaire", note L'Economiste.

Engloutie par des dettes estimées à 43 milliards de dirhams, la Samir avait suspendu ses activités en août dernier suite à une grave crise financière. Son principal actionnaire et PDG, le saoudien Mohamed Al Amoudi, a fait appel de la décision de liquidation judiciaire prononcée le 21 mars dans une requête déposée trois jours plus tard auprès du tribunal de commerce de Casablanca. Ce dernier devra rendre son verdict dans trois mois.

LIRE AUSSI:Affaire Samir: Enquête au cœur du système Ba-Amer